Le délégué à la protection des données (DPO) : un métier en forte évolution

Le ministère du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion mobilise à nouveau l’Afpa au travers d’une étude pour observer les évolutions significatives depuis ces 3 dernières années du métier de délégué à la protection des données (DPO). Les résultats présentés dans cette étude sont issus d’une enquête réalisée auprès de 1 811 DPO désignés auprès de la CNIL interrogés entre septembre et octobre 2021

Quelles évolutions pour le métier de délégué à la protection de données ?

Grâce à la mobilisation et aux témoignages des DPO, cette étude met en valeur les grandes dynamiques et évolutions du métier entre 2019 et 2021.

  • Augmentation du nombre de DPO, passant de 21 000 en 2018 à 28 810 en 2021.
  • Diversification des profils. 47 % sont issus d’autres domaines d’expertise que le domaine juridique et informatique (+ 12 point depuis 2019).
    Ils proviennent notamment d’autres domaines tels que les fonctions administratives et financières, la qualité, la conformité-audit.
  • Vécu professionnel positif. 58 % sont satisfaits de l’exercice de leur fonction et 87 % convaincus de l’utilité de leur fonction. Ils souhaitent également poursuivre leurs missions avec une forte motivation à 67 %.
  • La formation en baisse. 42 % exercent cette fonction de façon isolée par rapport aux autres DPO (+ 14 points).
    1/3 n’ont suivi aucune formation informatique et Libertés/RGPD depuis 2016 (+ 7 points) alors qu’ils proviennent de plus en plus d’environnement hors Informatique et juridique.

Le profil d’un DPO en 2021

  • 72 % exercent leur fonction comme DPO interne
  • 29 % exercent en Île-de-France
  • Égale représentation des femmes et des hommes
  • 62 % sont issus de formation supérieure, de niveau 7 ou 8
  • 63 % sont âgés de 40 et plus
  • 55 % ont une ancienneté dans la fonction de DPO de 2 ans et moins

Lire l’étude pour découvrir d’autres caractéristiques des DPO.

DPO interne, mutualisé ou externe : caractéristiques

L’étude propose également une lecture comparée des DPO internes et mutualisés tant sur leurs caractéristiques socio professionnelles, leurs cadres d’activités et leurs vécus professionnels.

Un focus particulier sur les DPO externes est aussi réalisé en fin d’étude. Lire l’étude

Bon à savoir : 86 % de la population des DPO en 2021 est interne ou mutualisée.

En fonction des choix d’organisation des structures, il existe 3 types de DPO :

  • Le DPO interne qui est salarié d’un seul responsable de traitement
  • Le DPO interne mutualisé qui est salarié mutualisé pour plusieurs responsables de traitement
  • Le DPO externe qui est indépendant, ou salarié d’un organisme spécialisé (organismes publics de services numérique, cabinet de conseil, cabinet d’avocats…)

En savoir plus

Pour cette étude, le ministère du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion a mobilisé l’Agence pour la Formation Professionnelle des Adultes (Afpa) dans le cadre de sa mission de service public sur la thématique de la mise en œuvre du règlement général sur la protection des données (RGPD).
Cette initiative a reçu le soutien de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL), de l’Association Française des Correspondants à la Protection des Données (AFCDP) ainsi que de l’ISEP, école d’ingénieurs du numérique.