Les territoires qui mettent en place le SPIE

Après 14 premiers territoires en mars 2020, 31 nouveaux ont été sélectionnés en avril 2021. Ils seront rejoints à la fin de l’année par 35 autres territoires.

Dés début 2022 : ce seront 80 territoires au total qui auront rejoint la dynamique SPIE.

Les 14 premiers territoires qui ont permis de définir la méthode du SPIE :
1. Loire-Atlantique (44)
2. Meurthe-et-Moselle (54)
3. Département du Nord (59)
4. Bas-Rhin (67)
5. Haute-Savoie (74)
6. Seine-Maritime (76)
7. Somme (80)
8. Yonne (89)
9. Seine-Saint-Denis (93)
10. Val-de-Marne (94)
11. Collectivité territoriale de la Martinique (972)
12. La Réunion (974)
13. Région Bretagne, Départements d’Ille-et-Vilaine (35), du Morbihan (56), du Finistère (29), des Côtes d’Armor (22) et métropoles de Brest et Rennes
14. Métropole de Lyon (69)

Les 31 territoires sélectionnés lors du premier appel à manifestation d’intérêt (AMI) d’avril 2021 pour mettre en place le SPIE sont :
1. Allier (03)
2. Alpes-de-Haute-Provence (04)
3. Alpes Maritimes (06)
4. Ardennes (08)
5. Aude (11)
6. Aveyron (12)
7. Bouches-du-Rhône (13)
8. Calvados (14)
9. Charente (16)
10. Charente-Maritime (17)
11. Côte d’Or (21)
12. Doubs (25)
13. Drôme (26)
14. Eure (27)
15. Landes (40)
16. Loir-et-Cher (41)
17. Loiret (45)
18. Marne (51)
19. Mayenne (53)
20. Oise (60)
21. Orne (61)
22.Pas-de-Calais (62)
23. Puy-de-Dôme (63)
24. Haute-Saône (70)
25. Sarthe (72)
26. Yvelines (78)
27. Tarn (81)
28. Essonne (91)
29. Val d’Oise (95)
30. Guyane (973)
31. Collectivité européenne d’Alsace (CeA)

Quelles sont les actions proposées par les 31 premiers territoires retenus ?

Les acteurs de l’insertion et de l’emploi mettent en place l’ organisation et les actions qui correspondent le mieux aux objectifs du SPIE et aux besoins spécifiques des personnes accompagnées dans chaque territoire.

Quelques exemples des actions proposées par les territoires qui se sont engagés en avril 2021 :

1. Un diagnostic de la situation des personnes accompagnées partagé

- proposer aux personnes accompagnées une même méthode de diagnostic quelle que soit la structure qui accompagne (conseil départemental, Pôle emploi, mission locale, Cap emploi, Plan local pour l’insertion et l’emploi, etc.) ;
- réaliser ces entretiens conjointement par un spécialiste du champ social et un acteur du champ professionnel.

2. La coordination et le suivi partagé du parcours
- assurer une vraie dynamique de parcours en organisant des points de situation réguliers pour s’assurer que les actions d’accompagnement proposées portent leurs fruits ;
- organiser des groupes de professionnels de différentes structures pour qu’ils identifient ensemble des solutions pour les personnes qui rencontrent le plus de difficultés dans leur retour à l’activité ;
- proposer aux personnes de continuer à les accompagner dans les premiers mois de leur reprise d’activité.

3. La coordination et la connaissance de l’offre d’accompagnement

- recenser les solutions d’insertion dans les champs professionnels et sociaux sur le territoire ;
- organiser la mobilisation des entreprises pour favoriser le retour à l’emploi dans les secteurs en tension via les immersions en entreprise et la formation ;
- concevoir ensemble de nouvelles offres d’accompagnement.

4. Une méthode d’accompagnement

- associer les usagers à l’évaluation des accompagnements ;
- développer la formation et les temps d’échanges conjoints entre les différents acteurs.

Quel est le rôle de l’État et le soutien qu’il apporte ?

En 2021 l’État consacre un budget total de 30 millions d’euros pour le déploiement du SPIE dont :
-  15 millions d’euros pour soutenir la mise en œuvre des projets dans les territoires retenus ;
- 15 millions d’euros pour l’accompagnement technique national dont les solutions numériques.

Membre de chaque consortium, l’État impulse une dynamique, aux côtés du conseil départemental et de Pôle emploi notamment, pour contribuer à conforter les partenariats et les projets du territoire. Préfets, commissaires à la lutte contre la pauvreté,Directions régionales de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités - DREETS - et Directions départementales de l’économie, du travail et des solidarités – DDETS - seront fortement mobilisés.

Un espace d’échange entre territoires est également animé au niveau national pour capitaliser les bonnes pratiques, détecter les difficultés, identifier des solutions communes afin d’avancer rapidement sur le déploiement de cette nouvelle démarche.