Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE)

L’OCDE en bref

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui vient de célébrer son 60e anniversaire en 2020, est une organisation internationale qui œuvre pour la mise en place de politiques meilleures pour une vie meilleure. Créée le 30 septembre 1961, l’OCDE succède à l’Organisation européenne de coopération économique (OECE) fondée en 1948 pour mettre en place le plan Marshall entre les pays de l’Europe occidentale, et mener à bien un « programme de relèvement européen » notamment par la libéralisation des échanges commerciaux et financiers. Dédiée au progrès économique et social, à la coopération entre des États partageant les mêmes valeurs, son objectif est de promouvoir des politiques publiques qui favorisent la prospérité, l’égalité des chances et le bien-être pour tous. Elle regroupe 37 pays membres répartis sur l’ensemble du globe et partenaires qui travaillent en étroite collaboration à l’échelle internationale nationale, régionale et locale sur les problématiques internationales clés contemporaines : l’avenir du travail, l’impact de l’intelligence artificielle, la fiscalité internationale notamment. Ainsi, l’OCDE est aujourd’hui une référence internationale dans le système de coopération multilatérale notamment pour son rôle actif au sein des G7 et G20.

La contribution du ministère aux travaux de l’OCDE

Concilier performance économique et progrès social sont des objectifs que la France poursuit tant au niveau national qu’international, afin de contribuer à une croissance inclusive et à la lutte contre les inégalités. La crise inédite de la Covid-19 a renforcé l’urgence pour les économies de s’engager collectivement en faveur de l’inclusivité et de la durabilité.

Le ministère du Travail participe activement aux activités de l’OCDE, qui apparaît donc comme une enceinte privilégiée pour porter ces priorités au niveau international, :

  • il contribue et assure le suivi des travaux de l’OCDE en matière d’emploi, de travail et de protection sociale.
  • il représente les positions françaises, notamment dans le cadre du Comité Travail, Emploi, Affaires Sociales (Employment Labour and Social Affairs Committee), en charge du suivi des questions liées aux politiques d’emploi, aux politiques sociales et aux migrations internationales.

Les sujets de coopération identifiés afin de répondre aux défis de l’avenir du travail notamment, font écho aux priorités pour lesquelles le ministère du Travail est engagé au niveau national, notamment en matière de :

  • soutien à l’emploi, en particulier dans le cadre du plan de relance ;
  • compétences et de formation professionnelle, en particulier pour les publics jeunes et éloignés du marché du travail, avec une attention accrue à l’impact des nouvelles formes d’emploi ;
  • d’égalité entre les femmes et les hommes, en particulier pour rendre effective l’égalité professionnelle et salariale ainsi qu’en matière de bien-être des enfants ;
  • renforcement de la protection sociale pour tous et la promotion du travail décent dans les chaînes d’approvisionnement mondiales ;
  • développement du dialogue social.

Les recommandations de l’OCDE adoptées dans le champ du travail, de l’emploi et des affaires sociales

Depuis sa création en 1961, plusieurs instruments juridiques ont été développés dans le cadre de l’OCDE, afin d’accompagner les évolutions du monde du travail. Ces instruments comprennent notamment les Actes de l’OCDE tels que les recommandations adoptées par le Conseil de l’OCDE, l’organe décisionnel de l’Organisation, constitué d’ambassadeurs des pays membres et de la Commission européenne.

Dans le domaine de l’emploi le Conseil de l’OCDE, dont la France est partie prenante, a adopté trois recommandations, actuellement en vigueur. Bien que juridiquement non contraignantes, elles représentent la volonté politique des Adhérents de promouvoir l’égalité et de renforcer la croissance et l’inclusivité dans trois domaines prioritaires :

  • l’égalité femmes-hommes (29 mai 2013) : en matière d’éducation, d’emploi et d’entrepreneuriat, cette recommandation vise à promouvoir les politiques de l’emploi qui offrent aux femmes et aux hommes des chances égales dans ce domaine (retrouvez le texte)
  • le vieillissement (14 décembre 2015) : cette recommandation porte sur l’objectif d’une action publique intégrée et globale visant à allonger et améliorer la vie active et à développer les perspectives d’emploi des personnes âgées (retrouvez le texte)
  • la santé mentale (14 décembre 2015) : cette recommandation promeut la mise en place d’une politique intégrée ayant pour objectif d’améliorer les perspectives et les résultats des personnes souffrant de troubles mentaux dans divers domaines de l’action publique et en particulier en matière de compétences et d’emploi (retrouvez le texte ici)

Ces recommandations ont été adoptées sur proposition du Comité de l’emploi, du travail et des affaires sociales, du travail et des affaires sociales (Comité ELSA) de l’OCDE, auquel la Délégation aux affaires européennes et internationales des ministères sociaux participe activement.

Les dossiers d’actualités

Au second semestre 2021 se tiendra la réunion des Ministres du travail et de l’emploi de l’OCDE qui aura pour thème « Au-delà de la crise de la COVID-19 : un marché du travail qui fonctionne pour tous ». Elle sera consacrée à l’après-reprise pour la promotion d’un marché du travail durable, résilient et inclusif, en particulier pour la jeunesse.

Voir aussi :
En 2018, la France a présidé la Réunion du Conseil au niveau des ministres de l’OCDEet apporté son soutien à la Stratégie pour l’emploi de l’OCDE, qui comprend un ensemble de recommandations politiques pour contribuer à la performance économique et promouvoir des emplois de qualité dans un monde du travail en mutation.

- Consultez le site de l’OECD