Europe | Les dossiers du ministère du Travail, 1 an après le discours de la Sorbonne

Il y a un an, le Président de la République prononçait le discours de l’Initiative pour l’Europe, également connu sous le nom de « Discours de la Sorbonne ».
Europe sociale, travail détaché, emploi des jeunes, formation, intégration des réfugiés : où en est l’action du ministère du Travail sur les dossiers européens.

Initiative pour l’Europe - Discours d’Emmanuel Macron pour une Europe souveraine, unie, démocratique lire le discours
Droits sociaux | proclamation d’un « Socle européen »

En novembre 2017 a été proclamé le Socle européen des droits sociaux pour garantir des conditions de travail équitables dans l’ensemble de l’Union européenne et auquel le Président de la République a apporté tout son soutien. Cette proclamation était une première étape qui a constitué la base de l’indispensable convergence sociale que le Gouvernement appelle de ses vœux, celle qui permet de construire l’Europe de demain, une Europe compétitive mais aussi une Europe qui protège. La France a œuvré pour que cette proclamation ne soit pas que des mots mais suivie d’effet. Le Gouvernement a aussi voulu aller plus loin.

Détachement des travailleurs | « à travail égal, salaire égal »

Depuis plus d’un an, la France œuvre pour l’équité entre les travailleurs français et les autres travailleurs européens. Elle a obtenu en mai un accord sur la révision de la directive « détachement des travailleurs ». Cet accord affirme le principe « à travail égal, salaire égal ». Il étend les droits des salariés détachés en matière de rémunération. La révision consacre également le caractère temporaire du détachement et inclut une meilleure transparence pour les prestataires de service.

Emploi des jeunes |l’Europe, partenaire de l’insertion des jeunes

Avec 443,9 millions d’euros pour la France, l’Initiative pour l’Emploi des Jeunes (IEJ) de l’Union européenne est la principale source de financement de la Garantie jeunes. Ce parcours s’adresse aux jeunes de 16 à moins de 26 ans, en situation de précarité qui ne sont ni en emploi, ni en formation, ni en étude (NEET). Il démontre son efficacité dans l’insertion professionnelle, puisqu’un jeune sur deux est en emploi, 6 mois après la sortie du dispositif d’accompagnement.

Apprentissage |doubler les effectifs des apprentis en mobilité européenne

L’apprentissage est une voie d’excellence. 70 % des apprentis ont un emploi 7 mois après leur diplôme. La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel va doubler le nombre d’apprentis bénéficiant du programme de mobilité européenne « Erasmus + » 15 000 jeunes apprentis auront la possibilité chaque année de partir en « Erasmus pro » en Europe d’ici la rentrée 2022.

Intégration des réfugiés | de l’apprentissage du Français à l’insertion professionnelle

Le Plan d’Investissement dans les Compétences vise l’insertion professionnelle des bénéficiaires d’une protection internationale (réfugiés et bénéficiaires de la protection subsidiaire). Le programme HOPE « Hébergement, orientation, parcours vers l’emploi » est un accompagnement et une formation, depuis l’apprentissage du Français jusqu’à la préparation opérationnelle à l’emploi. L’AFPA, Pôle emploi, plusieurs ministères, des branches professionnelles et des missions locales, pour le public des jeunes, sont partenaires de ce programme.


« Nous avons des ambitions communes avec les autres pays de l’Union européenne. C’est l’ambition de construire une Europe forte, hautement qualifiée, en capacité de s’adapter à la profonde transformation de l’économie et du monde du travail que nous connaissons. Nous voulons une Europe qui soutienne la croissance durable des entreprises et la création d’emplois de qualité. Nous voulons une Europe qui garantit des conditions de travail équitables, qui renforce les droits et accompagne les plus vulnérables. C’est en ce sens que nous avons œuvré de plus d’un an, tant sur la scène européenne à Bruxelles, qu’au niveau national, à réduire les inégalités, les divergences, tout en favorisant la formation, l’inclusion et en investissant massivement dans les compétences. » Muriel Pénicaud, ministre du Travail