Restos du Cœur : une convention pour l’insertion des plus fragiles

Lundi 30 janvier, le président des Restos du cœur, Patrice Blanc, et Myriam El Khomri, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, ont signé une nouvelle convention triennale qui reconnait et encourage l’action des Restos pour l’insertion professionnelle.

On le sait peu, mais l’association fondée par Coluche, il y a plus de 30 ans, n’apporte pas seulement une aide alimentaire aux plus fragiles. Depuis 1989, les Restos agissent aussi pour l’emploi avec des chantiers d’insertion.

Aujourd’hui, sur toute la France, les chantiers d’insertion des Restos du Cœur, ce sont 41 jardins d’insertion, 19 entrepôts logistiques ou encore 11 ateliers de rénovation de logement qui accueillent des personnes éloignées de l’emploi.

Ces chantiers répondent aussi aux besoins de l’association. Les jardins alimentent en fruits et légumes les Restos, les entrepôts assurent la logistique et les travaux de rénovation remettent en état des logements destinés aux plus démunis.

Ces formations sont donc utiles à l’association et à ses bénéficiaires et c’est un vrai motif de fierté pour les personnes qui les suivent.

«  Les chantiers d’insertion apportent une formation aux personnes que nous accueillons mais ils leur rendent aussi leur fierté  ». Patrice Blanc, président des Restos du Coeur

Reconnaître l’action des bénévoles dans la formation

Les chantiers d’insertion des Restos du Cœur accueillent tous les publics, y compris les plus en difficulté, avec les jardins d’insertion. Ils forment à des métiers qui recrutent tels que la logistique ou le second œuvre, dans le secteur du bâtiment.

La Convention triennale, signée le 30 janvier, entre le président des Restos du Cœur et Madame la Ministre, encourage et valorise ces actions pour l’insertion.

Les Restos du cœur enfin, c’est une histoire qui ne serait pas possible sans la générosité de ses bénévoles, ici impliqués au quotidien, au côté des encadrants salariés. La Convention vient reconnaître leur rôle.

Les chantiers d’insertion des Restos du Cœur en chiffres
  • 41 jardins d’insertion pour les personnes qui connaissent de très lourdes problématiques sociales ;
  • 19 entrepôts logistiques organisant la livraison des centres de distribution de leur département ;
  • 11 ateliers de rénovation de logement, chargés de remettre en état les centres de distribution, les centres d’hébergement et les résidences sociales des Restos ;
  • 9 cuisines d’insertion : cuisines professionnelles confectionnant chaque jour des repas à destination des gens de la rue ainsi que des restaurants d’application au sein de l’Association Départementale dont 1 conserverie ;
  • 17 ateliers de réhabilitation de meubles, d’électroménager, d’ordinateurs et autres, essentiellement au service des personnes accueillies et des Restos du Coeur.
  • 3 ateliers d’entretien d’espaces verts
  • 1 atelier couture et 1 atelier coiffure

Photo du Chantier d’insertion ©Eric Patin