Team Jolokia, Hervé Larhant : "une nouvelle façon de naviguer"

A bord du voilier de 60-pieds de la Team Jolokia, Hervé Larhant, 51 ans et amputé fémoral, s’apprête à reprendre la mer au nom de la diversité pour une 4e saison et démontrer l’importance de la mixité dans la performance.

JPEG - 46.9 ko
« Avec Jolokia, j’ai découvert une nouvelle façon
de naviguer aux côtés de marins valides »


A 51 ans, Hervé Larhant fait partie des 23 membres de la Team Jolokia réunissant sous le sceau de la diversité des équipiers aux profils variés pour courir des régates comme la Middle Sea Race, l’Armen Race ou la Fastnet Race. L’éducateur sportif handisport de Quimper, amputé fémoral et navigateur depuis une vingtaine d’années, participe pour la 4e fois à cette expérience constituant un laboratoire social en partenariat avec l’Université de Rennes.

Vous démarrez votre 4e saison au sein de la Team Jolokia. Qu’est-ce qui vous motive à renouveler l’expérience ?

J’ai participé avec l’équipe de France de voile aux Jeux paralympiques en 2008 à Pékin. Après mon expérience en haute compétition, je découvre l’entraide entre des personnes partageant la même passion de la voile et de la compétition. J’apprécie également de ne plus être qu’avec des handisportifs. Jolokia m’a permis de sortir du milieu du handicap et de rencontrer d’autres personnes et de nouveaux univers. Cette mixité m’a tout de suite plu.

En quoi est-ce important d’avoir une approche inclusive en matière de handicap ?

Avec Jolokia, j’ai découvert une nouvelle façon de naviguer aux côtés de marins valides. C’est vraiment extraordinaire. Et même si j’ai une jambe en moins, je peux être performant sur un bateau de course. Mes coéquipiers le découvrent. Chacun est conscient de son rôle social à bord, de sa chance de pouvoir partager ces moments ensemble. Jolokia est un laboratoire humain, sportif et une école de tolérance.

Qu’apporte la diversité dans un projet ?

A travers cette expérience, nous voulons prouver à tous, et surtout au monde de l’entreprise, que le mixing social est possible. Le slogan de Jolokia est « la différence est une force ». Nous avançons et nous arrivons à performer grâce à nos différences : l’équipe est composée de 23 personnes âgées de 19 ans à 57 ans dont 2 autres personnes en situation de handicap comme moi, 5 juniors, 4 seniors et 5 nationalités.

Qu’est-ce que cette expérience vous a appris sur le plan professionnel ?

Cela me confirme que l’écoute, la patience et l’empathie sont des valeurs professionnelles importantes pour permettre à des personnes handicapées d’avoir les mêmes chances et les mêmes droits que chaque individu en pouvant, par exemple, faire du sport ou s’adapter à un nouvel univers. Mais pour réussir à introduire de la diversité en entreprise ou dans la société, il faut avoir envie de s’investir pour défendre ces valeurs. J’espère qu’avec Jolokia nous allons, à notre tour, motiver d’autres personnes et les inciter à miser sur la diversité des profils comme vecteur de performances.

L’engagement des ministères sociaux en faveur des agent.e.s en situation de handicap

Les agent.e.s en situation de handicap sont au cœur des politiques de diversité. L’objectif ? Permettre à ces agent.e.s, recruté.e.s comme tous les autres sur la base de leurs seules compétences, d’accéder de façon égale aux emplois, aux carrières et de promouvoir un environnement de travail inclusif. Leur insertion et leur maintien dans l’emploi sont favorisés par des actions de valorisation des compétences, de compensation, d’accueil, d’accompagnement et de lutte contre les stéréotypes. En 2015, plus d’un million d’euros ont été consacrés aux dépenses liées à la compensation du handicap des agent.e.s des ministères, une somme en hausse de 26% par rapport à 2014. Les ministères sociaux emploient plus de 6,95 % d’agent.e.s bénéficiaires de l’obligation d’emploi alors que l’obligation légale est de 6 %.