Partenaires offre RH

Partenaires de l’offre RH
PartenairesOffre RH
JPEG - 31.7 ko


Opérateur du service public de l’emploi.
Opérateur du conseil en évolution professionnelle (CÉP).

Pôle emploi est un opérateur du service de l’emploi chargé de :
- faciliter le retour à l’emploi des demandeurs d’emploi ;
- offrir aux entreprises des services adaptés à leurs besoins de recrutement.
4200 conseillers sont dédiés à la relation entreprise pour mobiliser l’offre de service de Pôle emploi :

Des services accessibles à tous les employeurs
- Une information sur le marché du travail, la prospective des métiers et les dispositifs d’aide au recrutement.
- Une aide à la rédaction d’offres, à l’analyse sémantique des offres et suivi de l’offre.
- L’enregistrement et la diffusion des offres d’emploi de façon anonyme ou nominative.
Des services renforcés pour les employeurs qui en ont le plus besoin
- La présélection pour des offres d’emploi anonymes ou nominatives.
- Pour les entreprises en difficulté de recrutement : l’aide à la définition et à la rédaction de l’offre, l’appui à la conduite d’entretien, l’étude personnalisée des ressources disponibles sur le bassin de l’emploi, les mesures d’adaptation au poste de travail,etc.
PNG - 5.1 ko

Association pour l’emploi des cadres.
Opérateur du conseil en évolution professionnelle (CÉP).

L’APEC est une association paritaire visant l’amélioration du marché de l’emploi des cadres. Elle a une double spécialité :
- l’accompagnement des transitions professionnelles des cadres (50% en activité / 30% demandeurs d’emploi) et des jeunes issus de l’enseignement supérieur (20%) ;
- la délivrance de services aux entreprises d’appuis spécifiques au recrutement et à la gestion des effectifs cadres.

Ses missions consistent à :
- aider à la sécurisation des parcours professionnels des cadres et des jeunes issus de l’enseignement supérieur en insertion professionnelle ;
- sécuriser les recrutements et les pratiques professionnelles RH des entreprises ;
- collecter et diffuser les offres d’emplois « cadres » pour contribuer à une plus grande transparence et fluidité du marché de l’emploi des cadres ;
- développer un programme d’études et de veille sur le marché de l’emploi des cadres.
OPCA
Organismes Paritaires Collecteurs Agrées
des cotisations des employeurs
au titre de la formation professionnelle.
Un OPCA est chargé de collecter, mutualiser et redistribuer les obligations financières des entreprises en matière de formation professionnelle continue.
Qu’il s’agisse du financement des contrats et des périodes de professionnalisation, du plan de formation de l’entreprise ou du Compte Personnel de Formation, l’OPCA est l’interlocuteur privilégié des entreprises pour l’accompagnement de leurs projets de formation et ainsi contribuer au développement de la formation professionnelle continue des salariés.

Les missions de l’OPCA :
- accompagner l’entreprise et ses salariés dans l’analyse et la définition de leurs besoins de formation ;
- les aider à identifier les compétences mobilisables dans l’entreprise et à anticiper l’évolution des métiers et des compétences ;
- apporter expertise et conseil en matière d’ingénierie de parcours et de formation, notamment pour le plan de formation des petites entreprises ;
- prendre en charge en tout ou partie les formations selon des priorités et des règles arrêtées par le conseil d’administration de l’OPCA et assurer la gestion administrative des actions de formations mises en œuvre ;
- s’assurer de la qualité des formations financées.

Chaque OPCA définit par accord son champ d’application (géographique, professionnel ou interprofessionnel). Le plus souvent, l’affiliation d’une entreprise à un OPCA dépend de sa branche professionnelle.

Il existe 18 OPCA de branche intervenant sur le périmètre d’activités relevant d’un même secteur professionnel.
ACTALIANS : professions libérales, établissements de l’hospitalisation privée et de l’enseignement privé ;
AFDAS : spectacle, cinéma, audiovisuel, publicité, distribution directe et loisirs, artistes-auteurs) ;
ANFA : services de l’automobile ;
CONSTRUCTYS : entreprises de la construction ;
FAFIEC : ingénierie, informatique, études et conseils ;
FAFIH : industrie hôtelière et activités de loisirs ;
FAFSEA : exploitations et entreprises agricoles ;
FAF.TT : entreprises de travail temporaire ;
FORCO : commerce et distribution ;
INTERGROS : commerce de gros et commerce international ;
OPCA 3+ : Industries de l’ameublement, du bois, des matériaux pour la construction et l’industrie et de l’inter-secteur papiers cartons ;
OPCA DÉFI : industries chimiques, pétrolières, pharmaceutiques et plasturgie ;
OPCA BAIA : banques, sociétés et mutuelles d’assurances, agents généraux d’assurance, sociétés d’assistance ;
OPCA Transports et services : transports et propreté, agences de voyage et de tourisme ;
OPCAIM : industries de la métallurgie ;
OPCALIM : industries alimentaires, de la coopération agricole et de l’alimentation en détail ;
UNIFAF : sanitaire, social et médicosocial privé à but non lucratif ;
UNIFORMATION : Économie sociale, associations, coopératives, mutuelles et syndicats.

Deux OPCA interprofessionnels complètent le panorama : OPCALIA et AGEFOS-PME. Leur rôle est de collecter les fonds de la formation des entreprises n’ayant pas d’obligation de verser à un OPCA de branche ou dont les branches professionnelles les ont désignés.

PNG - 108.1 ko
JPEG - 7.3 ko
Établissement public administratif placé sous la tutelle du ministère en charge du travail, l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact) a pour vocation d’améliorer les conditions de travail en agissant notamment sur l’organisation du travail et les relations professionnelles.
A cet effet, elle conçoit et diffuse, à destination des entreprises (des directions, des salariés, et de leurs représentants) mais aussi de tous les acteurs qui interviennent auprès des entreprises, des méthodes et outils éprouvés sur le terrain dans un objectif partagé : concilier durablement qualité de vie au travail et performance économique.

Ses champs d’intervention, dans le cadre des politiques publiques, couvrent notamment :
- La promotion de la santé au travail et de la qualité de vie au travail, en particulier lors de la conception des organisations, des équipements et des installations de travail ;
- La prévention des risques professionnels dans le cadre de l’organisation du travail ;
- L’amélioration de l’environnement de travail par l’adaptation des postes, des lieux et des situations de travail.

Pour la conduite de son action, l’Anact dispose d’un réseau de 13 Aract dont le positionnement repose sur un triple postulat, de fond, de méthode et de résultat, qui irrigue l’ensemble de ses actions :
- l’organisation du travail est un déterminant essentiel de la qualité des conditions de travail ;
- le dialogue social est une des conditions de réussite du changement ;
- le développement des personnes contribue à la performance des organisations.
L’approche du réseau Anact - Aract est essentiellement centrée sur l’analyse du travail et ses conditions d’organisation.
Elle lui permet notamment :
- de mieux appréhender les besoins spécifiques des entreprises et des territoires, tout en développant leurs compétences par leurs échanges d’expériences au sein du réseau national.
- de participer à la construction de politiques territoriales de développement de la qualité de vie au travail et d’accompagner tous les acteurs concernés par ces enjeux.
Au besoin, se actions sont conduites par l’intermédiaire de tout acteur pertinent tel que les organisations professionnelles, consulaires ou de formation.

Les actions de l’agence bénéficient prioritairement aux petites et moyennes entreprises.
Le réseau Anact et Aract aide les entreprises à mener des projets d’amélioration des conditions de travail, souvent dans des modes d’action collectifs. Il l’outille dans la résolution de problèmes et la transformation effective des situations de travail. Pour garantir l’efficacité de ses méthodes et outils, l’Anact les éprouve et les optimise toujours sur le terrain.
Chaque intervention en entreprise est soumise à l’accord préalable de la direction, en veillant à respecter une stricte équidistance avec les différents acteurs de l’entreprise. Pour la réussite d’un projet, l’Anact privilégie une démarche participative et mobilise tous les acteurs de l’entreprise (direction, salariés et leur représentants) et fait aussi le lien avec les partenaires externes.
Son intervention est conduite dans le respect des principes de neutralité et d’impartialité vis-à-vis des acteurs de l’entreprise, de l’association ou de la structure publique au sein de laquelle elle est amenée à intervenir.
JPEG - 4.6 ko


CONSEIL SUPÉRIEUR
DE L’ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES
.
Organisation et représentation
de la profession réglementée
des experts - comptables.

L’expertise comptable est une profession réglementée, régie par l’Ordre des experts - comptables qui assure la défense de l’honneur et de l’indépendance de la profession qu’il représente et qui est placé sous la tutelle des ministres de l’économie et du budget.

L’Ordre des experts - comptables est composé d’un Conseil supérieur et de 23 Conseils régionaux.

L’expert-comptable est le seul professionnel à pouvoir :
- tenir, surveiller et arrêter votre comptabilité ;
- la réviser et l’apprécier ;
- attester de sa régularité et de sa sincérité.

La comptabilité n’est pas son seul domaine d’intervention. Généraliste, il peut également vous accompagner sur les sujets suivants :
- l’aide au financement ;
- l’évaluation d’entreprises ;
- la mise en place d’outils de gestion, secrétariat juridique ;
- l’établissement des bulletins de paie ;
- les missions légales auprès des comités d’entreprise ;
- le conseil à l’export ;
- l’établissement des déclarations fiscales et assistance en cas de contrôle fiscal ;
- la réorganisation administrative (informatique, gestion administrative du personnel, …)

L’expert-comptable intervient ainsi en appui à chaque étape de la vie de votre entreprise et dans tous les secteurs de l’économie (entreprises, associations, secteur public, secteur agricole, particuliers) ; ce qui lui permet de connaître les difficultés rencontrées notamment par les TPE-PME et de proposer, si besoin, une expertise approfondie et/ou d’orienter vers un acteur RH plus pertinent au regard de la problématique de l’entreprise (ex. l’OPCA de référence de l’entreprise pour la prise en charge de formations).