Aides au financement du permis de conduire pour les jeunes

Vous avez besoin de votre permis pour vos études, une formation ou vos activités professionnelles ? Découvrez comment le financer !

La mobilité est un véritable enjeu pour l’insertion professionnelle : dans certains territoires, le permis de conduire est un véritable permis de travailler, notamment pour les jeunes. Découvrez les solutions et les aides d’État qui vous aident à financer votre permis de conduire.

- Depuis le 1er janvier 2019, les apprentis majeurs peuvent bénéficier d’une aide d’État de 500 euros pour financer leur permis de conduire. Tout savoir sur l’aide au financement du permis de conduire B pour les apprentis.



- Pensez à utiliser votre compte personnel de formation (CPF) pour financer l’examen du permis de conduire (code et leçons de conduite).
Pour en bénéficier, il faut à la fois que :

  • l’obtention du permis contribue à la réalisation d’un projet professionnel ou à favoriser la sécurisation du parcours professionnel du titulaire du compte ;
  • et que le titulaire du compte ne fasse pas l’objet d’une suspension de son permis ou d’une interdiction de solliciter un permis (cette obligation est vérifiée par une attestation sur l’honneur de l’intéressé).
    Pour être prise en charge, cette préparation doit être assurée par un établissement agréé et déclaré en tant qu’organisme de formation.

À noter : Ce dispositif peut se cumuler avec d’autres, notamment pour les jeunes qui peuvent aussi s’inscrire grâce au « permis à un euro par jour ».

Rendez-vous sur le site du Compte personnel de formation :

1. Ouvrez votre comptesi cela n’est pas déjà fait ;

2. Consultez les droits à formation dont vous disposez déjà ;

3. Recherchez sur le site une auto-école déclarée près de chez vous et une offre de formation

4. Utilisez vos droits à formation pour payer directement vos cours de code et de conduite.

Si vous avez effectué un service civique ou eu une autre forme d’engagement citoyen (par exemple : jeune pompier volontaire, réserviste, si vous avez dirigé une association, etc.) vous pouvez prétendre à des droits complémentaires.



- Le "permis à un euro par jour"  : c’est la possibilité d’étaler, sans aucun frais supplémentaire, le paiement de la formation au permis de conduire. Ce dispositif permet aux jeunes de 15 à 25 ans, selon certaines conditions, de lisser le coût de la formation à la catégorie A et B du permis de conduire à raison d’un euro par jour. Il s’agit d’un prêt à taux zéro dont les intérêts sont pris en charge par l’État. Pour tout savoir sur le "permis à un euro par jour".

- Pôle emploi peut sous réserve de remplir certaines conditions d’inscription et de ressources accompagner des demandeurs d’emploi pour aider à l’obtention du permis de conduire avec une aide de 1 200 € maximum. Toutes les infos sur l’aide à l’obtention du permis de conduire de Pôle emploi. Sollicitez votre conseiller Pôle emploi qui remplira un formulaire préalablement à l’inscription en auto-école.

- Les missions locales vous informent sur les transports locaux et les tarifs jeunes dont vous pouvez bénéficier. Elles vous accompagnent aussi pour obtenir le permis B ou vous former à la conduite accompagnée, en obtenant des financements complémentaires. Contactez la mission locale proche de chez vous pour vous renseigner sur les aides à la mobilité.

- Il est aussi possible de bénéficier d’une prise en charge des frais liés à l’obtention du permis notamment dans le cadre d’aides régionales ou départementales. Renseignez-vous auprès du Conseil régional ou du Conseil départemental de votre territoire.

- Handicap et permis de conduire : les personnes qui souffrent d’un handicap peuvent bénéficier d’une aide financière attribuée par l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph). Vous également vous renseigner auprès de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) de votre territoire.