France Relance, plan de relance de l’activité

Le plan de relance exceptionnel « France Relance » de 100 milliards d’euros est déployé par le gouvernement autour de 3 volets principaux : l’écologie pour accompagner la transition vers une économie plus verte et plus durable, la compétitivité pour donner aux entreprises les conditions les plus favorables pour développer leurs activités et ainsi préserver l’emploi des salariés, et la cohésion pour garantir la solidarité entre les générations, entre les territoires, et entre tous les Français. Il s’inscrit dans la continuité du plan de soutien aux entreprises et aux salariés pour faire face à la crise sanitaire du Coronavirus COVID-19.
40 milliards d’euros du plan seront financés par l’Union européenne grâce à un accord historique. Consulter le dossier de presse de présentation du plan.

Les priorités du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion

1. Garantir à chaque jeune une solution (un emploi, une mission, une formation) ; en facilitant leur entrée dans la vie professionnelle, en les orientant vers les secteurs et les métiers d’avenir et en construisant des parcours d’insertion sur mesure.
2. Préserver l’emploi en formant les salariés placés en activité partielle ou en activité partielle de longue durée.
3. Investir dans les compétences pour aider les salariés à se reconvertir vers les métiers porteurs et pour orienter les demandeurs d’emploi vers les formations d’avenir.

Plan « 1 jeune, 1 solution »

Pour aider les 750 000 jeunes arrivés sur le marché du travail en septembre mais aussi ceux qui sont aujourd’hui sans activité ou formation, le Gouvernement mobilise un budget de 6,7 milliards d’euros, soit un triplement des moyens consacrés aux jeunes.
Le plan « 1 jeune, 1 solution », lancé le 23 juillet 2020, vise à offrir une solution à chaque jeune. Il mobilise quasiment tous les leviers : aides à l’embauche, formations, accompagnements, aides financières aux jeunes en difficulté… afin de répondre à toutes les situations. L’objectif est de ne laisser personne sur le bord de la route.
En savoir +

Préservation des emplois et formation des salariés

Pour protéger les emplois menacés par la crise et permettre aux salariés de se former, le Gouvernement a dégagé une enveloppe de 7,6 milliards d’euros.

Dès le début de la crise, des outils puissants ont été mis en place. L’activité partielle concernait par exemple 9 millions de salariés au plus fort de la crise. Le dispositif d’activité partielle de longue durée, qui prend le relais de l’activité partielle, a pour objectif de se dresser en véritable « bouclier anti-licenciements ». Plus pérenne, cet outil permet notamment aux entreprises de faire face à une réduction durable d’activité en réduisant le temps travaillé de leurs salariés et en les formant sur les heures non travaillées grâce au FNE-Formation.
En savoir +

Investir dans les compétences

Pour encourager les salariés à se tourner vers les secteurs d’avenir et ainsi renforcer la compétitivité des entreprises françaises, le Gouvernement investit 1 milliard d’euros dans le développement des compétences.

Cet investissement dans les compétences vise, à aider les salariés à se reconvertir vers les métiers porteurs – grâce au renforcement du dispositif de la PRO-A et à l’abondement du compte personnel de formation (CPF) – et à orienter les demandeurs d’emploi vers les formations d’avenir avec la réallocation de crédits du Plan d’Investissement dans les Compétences (PIC). En outre, la modernisation et la digitalisation du secteur et la revalorisation de la rémunération des demandeurs d’emploi stagiaires faciliteront l’accès à la formation professionnelle.
En savoir +


#FranceRelance

Retrouvez l’intégralité des mesures du plan de relance sur planderelance.gouv.fr.