Déploiement territorial de France Relance : adaptation des pactes régionaux d’investissement dans les compétences

Face aux risques que fait peser la crise sanitaire sur l’emploi et la formation, les plans régionaux d’investissement dans les compétences signés entre l’État et les Régions pour accompagner et accélérer le développement de la formation professionnelle au niveau local, font l’objet d’adaptation pour répondre aux enjeux du plan de relance « France Relance » et du plan « 1 jeune, 1 solution ».

Le plan de relance mobilise en effet 1 milliard d’euros pour renforcer et développer les compétences des travailleurs vers les secteurs porteurs tels que le numérique, la transition écologique ou encore la santé. Cette enveloppe budgétaire vient renforcer les fonds alloués aux pactes régionaux d’investissement dans les compétences (Pric).

- En Région Bourgogne-Franche-Comté
- En Région Normandie
- En Région Nouvelle-Aquitaine
- En Région Pays de la Loire
- En Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Mise à jour de l’article selon les dates de signature des avenants en région.


Bourgogne-Franche-Comté

À travers l’avenant signé le 8 janvier 2021, l’État investit près de 30 millions d’euros en Bourgogne-Franche-Comté – qui s’ajoutent aux 252 millions d’euros investis dans le cadre du pacte régional initial – pour accompagner la formation des jeunes, des demandeurs d’emploi et des salariés en reconversion vers les métiers porteurs localement (maroquinerie, photovoltaïque, services à la personne, BTP, etc.). C’est environ 4 200 entrées en formations supplémentaires qui seront ainsi cofinancées.

Consulter l’accord cadre État-Région et son avenant

Normandie

À travers l’avenant signé le 22 février 2021, l’État investit près 38,9 millions d’euros supplémentaires pour renforcer son offre de formation à destination des jeunes dans les filières d’emplois prioritaires (environ 5 500 entrées en formations supplémentaires) : le bâtiment et la rénovation énergétique, l’agriculture, l’industrie agroalimentaire, les énergies, le numérique, la santé et le service à la personne.

Consulter l’accord cadre État-Région et son avenant

Nouvelle-Aquitaine

L’État et la Région Nouvelle Aquitaine ont signé le 11 décembre 2020 un avenant au pacte régional d’investissement dans les compétences (Pric) avec une enveloppe supplémentaire de 58,7 millions d’euros, qui vise à adapter l’offre d’accompagnement et de formation aux priorités de la relance (environ 8 300 entrées en formations supplémentaires). Cette augmentation par l’État du budget du pacte signé pour la période 2019 à 2022, permet désormais de dépasser 1,2 milliard d’euros, dont 648 millions apportés par la Nouvelle-Aquitaine.

Consulter l’accord cadre État-Région et son avenant

Pays de la Loire

Le 1er février 2021, l’État et la Région des Pays de la Loire ont signé un avenant au Pric avec une enveloppe supplémentaire de 32 M€, qui s’ajoutent aux 300 M€ investis par l’État et aux 412 M€ par la Région dans le cadre du pacte régional initial.
Ces investissements supplémentaires permettront le financement d’environ 5000 parcours de formation supplémentaires pour les jeunes qui s’ajoutent aux 11 500 places supplémentaires déjà prévues, avec des priorités sectorielles autour de la construction et notamment de la rénovation énergétique des bâtiments mais aussi les métiers du numérique (+60%), les métiers du soin de la santé (+35%) ou de l’aide à domicile (+39%).

Consulter l’accord cadre État-Région et son avenant

Provence-Alpes-Côte d’Azur

Le 22 janvier 2021 un accord-cadre du plan d’investissement dans les compétences a été signé entre l’État et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. À travers cet accord, l’État investit plus de 60 millions d’euros dans la région – qui s’ajoutent aux 534 millions d’euros investis dans le cadre du pacte régional initial signé avec Pôle emploi – pour accompagner la formation des jeunes, des demandeurs d’emploi et des salariés en reconversion vers les métiers porteurs localement (tourisme, culture, etc). C’est environ 8 600 entrées en formations supplémentaires qui seront ainsi cofinancées.

Consulter la pacte régional initial et l’accord cadre État-Région