Coiffeur

Les risques du métier

Risques liés aux lieux de travail

  • Risques de chute : les salons de coiffure ou centre de soin présentent souvent des sols encombrés et glissants (cheveux), parfois sur plusieurs niveaux.
  • L’éclairage est parfois inadapté.
  • Risque de mycoses, risque d’allergies respiratoires : dus à l’exposition des salariés à l’humidité.
  • Risques respiratoires liés au renouvellement de l’air parfois insuffisant
  • Risques de déshydratation : exposition à la chaleur
  • Risques liés au bruit : présence de musique d’ambiance, bruit des séchoirs etc.

Principaux risques liés aux tâches

  • Risques de troubles musculo-squelettiques (lombalgie - cervicalgie), risques fonctionnels d’insuffisance veineuse : mouvements répétitifs des mains et poignets, posture prolongée avec piétinement, contrainte posturale :.
  • Risque pyschosocial : contact avec le public, accueil clientèle, contrainte relationnelle
  • Risque de perturbation de la vie familiale et contrainte de temps : .amplitude horaire, journée continue :
  • Risque de surcharge de travail : dû à la polyvalence des coiffeurs.

Principaux risques liés aux produits

Les produits cosmétiques utilisés (shampooing, décolorant, colorant, produits pour permanente, produits de défrisage, fixation coiffure, alcool) et les produits chimiques de nettoyage (détergent) peuvent provoquer des manifestations allergiques cutanées (dermites, vitiligo, eczémas, urticaire), des allergies respiratoires (rhinite, asthme, choc anaphylactique) ou des brûlures.

Principaux risques inhérents aux équipements de travail

  • Risque de brûlure : utilisation d’eau chaude, d’appareil électriques (séchoirs) :
  • Risques d’allergie au nickel et risques de coupures : dûs à l’.utilisation de ciseaux et des rasoirs.
  • Risques d’ imprégnation de produits : en l’absence de vêtement de travail

Autres risques

  • Risques biologique : contamination directe ou par les instruments contaminés par les clients (poux, teigne, pédiculose)
  • Pour le client : il est dans une moindre mesure soumis aux mêmes risques inhérents aux produits ou aux équipements de travail

Les moyens de prévention

Risque de chutes et de glissade liés aux déplacements

  • Installer des sols anti-dérapants ; ranger et nettoyer régulièrement les sols.

Eclairage

  • Concevoir un éclairage adapté en favorisant l’éclairage naturel

Humidité - Chaleur

  • Prévoir une aération et une ventilation adaptées aux locaux.

Bruit

  • Adapter le volume sonore de la musique d’ambiance.
  • Choisir un matériel le moins bruyant possible.

Contrainte relationnelle

  • Former à la communication avec les clients

Amplitude horaire - Polyvalence

  • Planifier, organiser le travail, veiller à la gestion des volumes de travail.
  • Prévoir des pauses suffisantes

Contraintes posturales

  • Utiliser des tabourets pour éviter le piétinement.
  • Utiliser un mobilier de coiffure ergonomique, des outils à mains légers et adaptés.
  • Fauteuil du client réglable en hauteur et profondeur
  • Bac à shampooing réglable en hauteur
  • Espace de travail libre sous le bac pour faciliter le positionnement des pieds
  • Espace de travail entre le bac et le mur suffisamment large pour faciliter les déplacements
  • Alterner les tâches .

Risques chimiques

  • Ne pas porter de bijoux aux mains et poignets durant le travail.
  • Porter une tenue de travail adaptée
  • Eviter le contact direct avec les produits : porter des gants de protection vinyl ou nitrile (pas de latex).
  • Protéger les mains avant le travail avec une crème barrière et renouveler l’application toutes les deux heures.
  • A la fin du travail utiliser des crèmes d’entretien.
  • Utiliser des flacons applicateurs, des éponges avec manches.
  • Effectuer les mélanges dans un local ventilé.
  • Eviter les produits qui renferment des solvants
  • Surveillance médicale renforcée pour les salariés manipulant des agents chimiques dangereux.
  • Utiliser des produits chimiques le moins dangereux possible.
  • Stocker les produits de façon logique par type de produit et de technologie.
  • Les notices et modes d’emploi doivent être affichés de façon lisible. Se conformer rigoureusement au mode d’emploi en respectant les proportions et temps de pose et bannir toute utilisation non prévue.

Equipements

  • Désinfecter les instruments.
  • Utiliser des rasoirs jetables.
  • Supprimer les objets contenant du nickel.
  • Utiliser des matériels de préhension adaptés.
  • Porter des gants appropriés à l’activité.
  • Mettre à disposition des trousses d’urgence.
  • Informer sur les coordonnées du centre spécialisé soins des mains le plus proche.

Risques pour le client

  • Dialoguer et informer le client sur les risques de sensibilisation inhérent aux produits : faire un essai.
  • Inspecter soigneusement le cuir chevelu à la recherche de lésions.

Risque incendie

  • Stockage sécurisé des produits inflammable
  • Mettre à disposition des extincteurs

Risque électrique

  • Contrôle annuel de l’installation électrique
  • Fermeture des armoires électriques
  • Matériel électrique en adéquation avec le milieu de travail (humidité)

Hygiène

Sanitaire :

  • Prévoir un sanitaire exclusif pour les salariés
  • Disposer d’un lave main et d’un moyen de séchage
  • Lors de l’utilisation de produit chimique désinfectant pour l’entretien, mettre des gants résistants au produit chimique

Vestiaire :

  • Vestiaire séparé : habit de ville / tenue de travail
  • Tenue à nettoyer par l’employeur

Pour en savoir plus

CISME

Fiche du métier du Coiffeur : caractéristiques générales et médico-professionnelles classées en 6 tableaux, détaillant les nuisances professionnelles, les moyens de prévention, les effets sur la santé et la surveillance médicale.

INRS

« Evaluation et prévention des risques dans les salons de coiffure »TC 99 (52 pages)

Ce dossier devrait faciliter la réalisation de l’évaluation des risques en soulignant les points les plus importants. Une première partie présente le secteur de la coiffure. Le métier de coiffeur est ensuite développé dans une deuxième partie. Les différents risques encourus par les coiffeurs sont ensuite décrits : risque chimique, risque de troubles musculosquelettiques, risque biologique. Le dernier chapitre donne des conseils pour la prévention des risques. Enfin, en annexe, se trouve un guide de visite destiné au médecin du travail lors de ses évaluations du risque sur le terrain.

Pour constituer la fiche, on peut se référer au dossier Web « Allergies en milieu professionnel »

Ce dossier dresse un état des lieux de ces pathologies allergiques professionnelles, et présente les notions fondamentales à connaître en matière de prévention du risque allergique en milieu professionnel.

Un article de Travail et sécurité : Risques respiratoires et cutanés : l’information au rendez-vous pour les salons de coiffure n° 657 décembre 2005.

Deux fiches d’allergologie professionnelle :
« Allergie respiratoire des coiffeurs » TR30 (9 pages)

Le travail de la coiffure comporte l’utilisation de nombreux produits potentiellement agressifs pour les voies respiratoires. Les principaux allergènes sont : les persulfates alcalins, le henné, les colorants capillaires, les amines et thioglycolates d’ammonium, la poudre de lycopode et les gommes végétales, le latex, les résines synthétiques des laques capillaires…

« Dermatoses professionnelles des coiffeurs »TA60 (8 pages)

Les dermatoses professionnelles des coiffeurs sont fréquentes, d’apparition précoce et de mauvais pronostic. Les aspects cliniques les plus habituels sont la dermite d’irritation, l’eczéma des mains, mais aussi l’urticaire de contact, plus rare. Un bilan allergologique précoce et surtout une prévention avant l’apparition de la dermatose devraient contribuer à diminuer leur fréquence et leur gravité.

Pour les esthéticiens il existe une fiche d’allergologie (très technique) :
« Dermatoses professionnelles aux cosmétiques »TA74 (13 pages)

Le diagnostic de la dermatose repose sur l’anamnèse détaillée de tous les produits cosmétiques utilisés, l’examen clinique de tout le tégument et le bilan allergologique permettant d’identifier les allergènes responsables. Ceux-ci sont principalement les parfums et les conservateurs. Les éruptions cutanées graves doivent être déclarées au réseau de cosmétovigilance. La prévention comprend l’éviction du contact avec le ou les allergènes responsables contenus dans les produits cosmétiques utilisés au travail et au domicile.

« Evaluation et prévention des risques chez les prothésistes ongulaires »TC 117 (16 pages)

En raison du développement récent de cette profession, ce dossier médico-technique fait le point sur les risques professionnels chez les prothésistes ongulaires. Après une présentation de la profession, les différentes activités sont décrites. Les différents risques sont détaillés ainsi que les mesures de prévention conseillées. Un guide d’entretien destiné aux médecins du travail est proposé en annexe.