Lancement du contrat d’études prospectives sur les métiers et les compétences pour le secteur des produits bois dans la construction et l’aménagement

Les enjeux identifiés dans le secteur de la construction bois, et tout particulièrement la transition numérique et la transition écologique, nécessitent des mesures d’accompagnement des activités des entreprises, de leurs organisations, des métiers et des compétences.

Suite à un accord-cadre national signé le 18 décembre 2018, le ministère du Travail et les représentants de la filière bois française se sont réunis jeudi 17 janvier 2019 à Paris pour le lancement des travaux du contrat d’études prospectives bois sur les métiers et les compétences pour le secteur des produits bois dans la construction et l’aménagement, pour venir en soutien à la décision et à la construction d’un plan d’action.

L’objectif poursuivi par le contrat d’études prospectives

Il a pour objectif d’analyser la situation actuelle et l’évolution des emplois, des métiers, des compétences et des formations au regard des nombreux défis tant économiques que technologiques auxquels les entreprises devront faire face à court et moyen terme. Il devra permettre de disposer d’un outil d’identification des besoins de recrutement des entreprises en fonction des spécialités et des spécificités territoriales.

Cette analyse devra déboucher sur des préconisations pour permettre au secteur de faire évoluer l’offre de formation initiale et continue, des premiers niveaux de formation jusqu’à l’enseignement supérieur, de proposer de nouveaux partenariats afin d’optimiser la carte de l’offre de formation, de dimensionner l’appareil de formation en conséquence et d’identifier des outils d’accompagnement pour les plus petites entreprises.

Au regard du contrat de filière bois signé le 16 novembre dernier, le contrat d’études prospectives est l’outil « tronc commun » de la feuille de route d’adaptation des compétences ; également une occasion privilégiée de partage et de capitalisation interbranches.

Il couvrira les activités énumérées dans le champ d’application des conventions collectives nationales suivantes :

  • travail mécanique du bois, des scieries, du négoce et de l’importation des bois ;
  • scieries agricoles et exploitations forestières ;
  • industrie des panneaux à base de bois ;
  • bâtiment (ouvriers et cadres) ;
  • menuiseries, charpentes et constructions industrialisées et portes planes ;
  • fabrication de l’ameublement.

CONSTRUCTYS, OPCA 3+ et OPCALIA sont mandatés par les signataires du présent accord pour être organismes relais du CEP.

Des atouts pour le développement

Travaillant et mettant en œuvre un matériau à faible empreinte carbone et offrant simultanément d’excellentes qualités en matière de cadre de vie, la filière bois s’inscrit pleinement :

  • dans les objectifs de la Stratégie Nationale Bas Carbone qui recommande de « développer des filières locales visant la production et la mise en œuvre de matériaux de construction et de rénovation peu carbonés » ;
  • et dans une transition vers une offre de produits biosourcés, sobre et durable, attendue des consommateurs.

La filière bois française se met en ordre de marche, avec l’appui des pouvoirs publics, pour répondre à une demande accrue de produits bois pour la construction et contribuer à la transition écologique et énergétique de l’économie française.

Identifier les tendances fortes d’évolution des métiers et besoins en compétences

Un diagnostic socio-économique préalable sur les facteurs de changement dans le secteur ainsi que l’identification des tendances fortes en matière d’évolution des métiers, des emplois et des qualifications permettront de définir les actions à conduire dans le domaine des ressources humaines pour accompagner le renouveau de la filière.
Les travaux viseront à alimenter la réflexion des partenaires sociaux, de l’État, des organisations professionnelles, pour anticiper les besoins en compétences des entreprises du secteur et définir une politique de formation en adéquation avec les évolutions identifiées.
Dans le contexte où la rapidité de l’évolution des métiers menace d’obsolescence les savoir-faire de nombreux actifs, le gouvernement a décidé de déployer un effort sans précédent dans le cadre d’un plan investissement dans les compétences 2018-2022. Le contrat d’étude prospective bois s’y inscrit pleinement.

PNG - 14.3 ko