L’insertion des réfugiés par l’emploi

Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Jean-Marie Marx, haut-commissaire aux compétences et à l’inclusion par l’emploi, ont lancé, ce lundi 1er octobre, à Paris, dans les locaux de l’association Singa, un nouvel appel à projets pour l’intégration professionnelle des réfugiés.

Parce qu’ils rencontrent souvent de très grandes difficultés dans l’accès au marché du travail et dans l’évaluation et la reconnaissance de leurs connaissances, les près de 290 000 bénéficiaires d’une protection internationale et les demandeurs d’asile font partie intégrante des publics visés par le Plan d’investissement dans les compétences.

C’est pourquoi un nouvel appel à projets pour l’intégration professionnelle des réfugiés a été lancé. L’objectif ? Contribuer à leur intégration professionnelle à travers :
-  le déploiement de parcours d’accompagnement vers et dans l’emploi ou la création d’activité, dans une logique d’accompagnement globale (emploi, logement, mobilité, santé, etc.) ;
-  la reconnaissance et le développement des compétences ;
-  la coordination et la professionnalisation des acteurs ;
-  la multiplication des passerelles avec les acteurs économiques d’un territoire.

Les projets, qui pourront être déposés pendant 12 mois à compter du 1er octobre 2018 devront apporter la preuve d’un ancrage territorial réel. Ils devront également s’inscrire en complémentarité avec les actions et dispositifs existants sur les territoires (tels que la Garantie jeunes, l’insertion par l’activité économique) et dans une dynamique concertée avec les acteurs du service public de l’emploi et du service public régional de la formation et de l’orientation professionnelles.

Une bonne articulation avec le parcours du contrat d’intégration républicaine mis en place par l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) est également attendue.

Cet appel à projet a pour ambition :
-  de promouvoir la création de nouvelles coopérations entre acteurs publics et privés d’un territoire, acteurs historiques et acteurs émergents, acteurs spécialisés dans l’accueil et l’accompagnement de ce public et acteurs génériques œuvrant dans les champs de l’insertion, de la formation professionnelle ou de la création d’activité ;
-  et d’encourager le renforcement de coopérations existantes.

"Les réfugiés que nous accueillons doivent pouvoir se former, trouver un emploi ou créer leur entreprise. Changeons d’échelle en développant les initiatives qui marchent ! La France doit leur apporter un accueil digne et porteur d’espoir. J’invite aujourd’hui les associations à se mobiliser, nous avons besoin de vos innovations pour permettre à plus de réfugiés de s’intégrer." Muriel Pénicaud, ministre du Travail

"En donnant asile à des victimes de guerres, de violences et de persécutions, la France leur donne une occasion de reconstruire une nouvelle vie parmi nous. L’accès à un emploi est, pour les réfugiés, un signe et un facteur d’intégration. Cet appel à projets veut mobiliser largement la société pour inventer les parcours d’orientation vers l’emploi les mieux adaptés et les plus efficaces. C’est une question d’esprit républicain en même temps que d’efficacité économique." Jean-Marie Marx, haut-commissaire aux compétences et à l’inclusion par l’emploi

L’association Singa a pour vocation d’améliorer les conditions d’accueil et d’insertion des réfugiés en France, en facilitant leur intégration dans la société. Elle met en place des ateliers d’accompagnement pour permettre aux réfugiés d’élaborer un projet professionnel. Avec son incubateur, l’association permet également à ces derniers, de développer des projets d’entrepreneuriat.

Qu’est-ce qui est attendu des projets ? Des parcours d’accompagnement vers et dans l’emploi ou la création d’activité, y compris au moyen d’actions favorisant la mobilité géographique, des actions permettant la reconnaissance ou le développement des compétences et le développement de passerelles avec les acteurs économiques d’un territoire.
Quel est le public bénéficiaire ? Les bénéficiaires d’une protection internationale (réfugiés, bénéficiaires d’une protection subsidiaire, apatrides) et les demandeurs d’asile de plus de 6 mois. Une attention particulière pourra être portée aux publics suivants : femmes, jeunes de moins de 25 ans, seniors (40 ans et plus), personnes analphabètes ou illettrées.
Qui peut candidater ? Tous les acteurs publics et privés dotés d’une personnalité morale.
Où trouver l’appel à projets ? L’appel à projets est consultable sur le site des consultations de la Caisse des Dépôts, rubrique « Plan d’investissement dans les compétences » : https://cdcinvestissementsdavenir.achatpublic.com
Comment soumettre un projet ? Les candidatures se font en ligne via le site des consultations de la Caisse des Dépôts.
Date de clôture de la 1ère vague de sélection ? 15 novembre 2018 à 12h, heure de Paris