Embauche des jeunes des quartiers : le Gouvernement renforce le dispositif des emplois francs

Lancé depuis le 1er avril 2018 à la demande du président de la République, le dispositif d’emplois francs permet aux employeurs de bénéficier d’une aide financière pour l’embauche de toute personne sans emploi résidant dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV). Alors que les conséquences économiques de la crise touchent en premier lieu les jeunes, Elisabeth Borne, Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion et Nadia Hai, Ministre déléguée chargée de la Ville annoncent le renforcement du dispositif pour encourager l’emploi des jeunes issus des quartiers prioritaires.

Les emplois francs consistent en une aide financière versée à tout employeur privé qui recrute un demandeur d’emploi ou un jeune suivi par une mission locale résidant dans un quartier prioritaire de la politique de la ville, dans le cadre d’un CDI ou d’un CDD d’au moins six mois :

- 15 000 € sur 3 ans pour une embauche en CDI (5000 € par an) ;
- 5 000 € sur 2 ans pour une embauche en CDD d’au moins 6 mois (2500 € par an).

Depuis le lancement du dispositif en avril 2018, 35 000 emplois francs ont été conclus.

Afin de limiter l’impact de la crise sur l’insertion des personnes éloignées de l’emploi et notamment des jeunes issus des quartiers prioritaires, le Gouvernement a décidé de prolonger et de renforcer le dispositif avec la création des « Emplois Francs +  ». Ils consistent en une revalorisation du montant de l’aide versée, lorsque le recrutement concerne un jeune de moins de 26 ans. L’aide s’élève alors à :

- 17 000 € sur 3 ans pour un recrutement en CDI (7000€ la 1ère année, puis 5000 € les deux années suivantes) ;
-  8000 € sur 2 ans pour un recrutement en CDD d’au moins 6 mois (5500 € la 1ère année, puis 2500 € l’année suivante).
Cette aide complémentaire sera versée pour les contrats signés entre le 15 octobre 2020 et le 31 janvier 2021 et permettra de donner un coup de pouce à la candidature des jeunes issus des quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Par ailleurs, parce que l’apport financier ne suffit pas toujours, la Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion annonce également qu’un accompagnement sur mesure sera mis en place pour les jeunes, avant, pendant et après leur entrée dans le dispositif afin de les familiariser avec le monde de l’entreprise et d’accroître leur chance de réussite.

« La République, ce sont à la fois des règles qui s’appliquent à tous mais aussi une promesse, celle que chacun doit trouver sa place dans la société. C’est au cœur de mon combat au ministère du Travail : permettre à tous d’accéder à une qualification, une formation, ou un emploi. Je ne peux pas accepter qu’un jeune ne soit pas recruté parce qu’il n’a pas la bonne adresse, ni les bons codes. Je le dis aux employeurs : si ces jeunes n’ont pas les codes, nous leur donnerons, faites-leur confiance » déclare Elisabeth Borne, Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion.

«  La crise économique et la crise de l’emploi touchent particulièrement les quartiers de la politique de la Ville qui connaissent déjà des taux de chômage élevés. Pourtant les jeunes adultes qui y habitent ne manquent ni de talent ni de courage. Aucun d’entre eux ne doit se retrouver sans solution, c’est mon engagement et celui du gouvernement. Les emplois francs +, avec une aide de 7000€ à l’employeur la première année pour un CDI, traduisent cet engagement en acte pour lutter contre l’assignation à résidence et encourager l’embauche des jeunes des quartiers » explique Nadia Hai, Ministre déléguée chargée de la Ville.


Consulter le décret.

Tout savoir sur les emplois francs