Renforcement des solutions de mobilité pour améliorer l’accès à l’emploi

Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté

En France près de 7 millions de personnes connaissent des difficultés à se déplacer, soit environ 20 % de la population en âge de travailler. 28% des personnes en insertion professionnelle abandonnent leur emploi ou leur formation pour des raisons de mobilité.
Les freins à la mobilité sont variés : appréhension à prendre les transports en commun, difficulté à prendre un billet de train, méconnaissance des solutions de transports sur son territoire, financement du permis de conduire, absence de véhicules pour rejoindre son lieu de formation ou de travail, etc.
Le Gouvernement met en œuvre un ensemble de solution pour que chaque personne éloignée de l’emploi puisse trouver un accompagnement, une solution pratique ou une solution de financement pour retrouver l’autonomie dans ses déplacements.

Pour répondre à cet enjeu, dans le cadre des mesures de renforcement de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté annoncées en octobre 2020 par le Premier ministre, le Gouvernement dédie 70 M€ pour mettre en œuvre les mesures suivantes :
-  L’installation de 30 plateformes mobilité dans les zones non encore pourvues : ces nouveaux lieux d’accueil et d’accompagnement à la levée des freins liés à la mobilité permettront d’informer, d’orienter et d’accompagner les personnes en recherche d’emploi vers les solutions adéquates. L’Etat renforce les moyens de Pôle Emploi et des Conseils départementaux pour financer cet accompagnement ;
- L’investissement dans le secteur de la mobilité solidaire  : pour multiplier les solutions de location et réparation de voitures ou de deux-roues à prix accessible, d’auto-partage et de mise à disposition de véhicules, de formation et d’accompagnement. En soutenant les structures d’insertion par l’activité économique porteuses de projets de mobilité solidaires l’objectif est de créer des emplois pour des personnes en insertion.
-  Le renforcement du « micro-crédit mobilité » pour financer l’acquisition d’une voiture ou d’un deux roues, le permis de conduire ou l’assurance automobile en complément des autres aides disponibles pour les demandeurs d’emploi, notamment celles de Pôle emploi et des missions.

pdf Mobilité solidaire - Dépliant des mesures proposées pour lever les freins vers (...) Téléchargement (503.8 ko)

Une personne en insertion sur deux déclare avoir déjà refusé un travail ou une formation pour des problèmes de mobilité.
L’accès à la mobilité constitue un frein majeur à l’insertion, en particulier dans de nombreux territoires ruraux ou d’anciens territoires industriels. Parfois liées au manque de moyen de locomotion ou au coût du permis de conduire, les difficultés sont à la fois économiques et matérielles. Elles peuvent aussi relever d’un manque d’information sur les solutions existantes, d’une appréhension à prendre les transports en commun, à un manque de confiance dans sa capacité à se déplacer, à se repérer sur un plan ou à réserver un billet de train.
Avec les mesures de mobilité solidaire, toutes les personnes éloignées de l’emploi qui se heurtent à des problèmes de mobilité pourront se voir proposer un accompagnement, une solution pratique et une solution de financement pour retrouver une autonomie pour se déplacer.

Les aides financières à la mobilité proposées par l’État  :
- pour les jeunes : sur la plateforme #1jeune1solution
- pour les personnes en recherche d’emploi , sur le site de Pôle Emploi
- pour des précisions sur le micro-crédit


Consulter le communiqué de presse.