Égalité professionnelle | Une semaine de sensibilisation pour continuer à mobiliser les entreprises et les salariés

Principe structurant de l’action gouvernementale, l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes bénéficie aux salariés, aux entreprises et à la société toute entière.
En 2020, les femmes sont encore en moyenne payées 9% de moins que les hommes à compétences et à poste égaux. Ce pourcentage monte à 27% tous postes confondus. 37 % des entreprises comptent moins de 2 femmes parmi leurs 10 plus hautes rémunérations.

Un certain nombre d’évolutions du cadre juridique et d’actions en faveur de l’égalité professionnelle sont mis en place pour lutter contre les stéréotypes professionnels et parvenir à l’égalité de situation entre les femmes et les hommes dans le monde du travail.
Cela requiert une interaction vertueuse entre différents acteurs : les pouvoirs publics, les employeurs, les partenaires sociaux, les associations, les familles.

Chaque année avant le 1er mars, les entreprises d’au moins 50 salariés doivent calculer et publier sur leur site internet leur Index de l’égalité femmes-hommes : une note sur 100 calculée à partir de plusieurs critères.

L’index, sur 100 points, se calcule à partir de 4 indicateurs pour les entreprises de moins de 250 salariés. Au-delà, un 5e indicateur entre en compte :
  • L’écart de rémunération femmes-hommes ;
  • L’écart de répartition des augmentations individuelles ;
  • L’écart de répartition des promotions (uniquement dans les entreprises de plus de 250 salariés) ;
  • Le nombre de salariées augmentées à leur retour de congé de maternité ;
  • La parité parmi les 10 plus hautes rémunérations.

À noter  : à la demande d’Elisabeth Borne, une concertation va être engagée avec les partenaires sociaux pour compléter l’index de l’égalité professionnelle d’un indicateur : la part des femmes dans les cadres dirigeants.

L’obligation concerne :

  • les entreprises d’au moins 1000 salariés depuis le 1er mars 2019 ;
  • celles d’au moins 250 salariés, depuis le 1er septembre 2019 ;
  • celles d’au moins 50 salariés depuis le 1er mars 2020.


- Au 1er mars 2020, 77% des entreprises de plus de 1 000 salariés avaient renseigné leur index. Elles sont aujourd’hui 97% à l’avoir fait.

- 52 % des entreprises de 50 à 250 salariés ont renseigné leur index, malgré le contexte sanitaire et économique.

Selon Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, "la crise ne doit pas faire passer au second plan la lutte contre les inégalités salariales. Les résultats prouvent que la dynamique de réduction des inégalités professionnelles est lancée, mais il reste encore du chemin à parcourir.".


Accéder au simulateur-calculateur en ligne pour calculer votre Index de l’égalité professionnelle

Une assistance téléphonique, des stages de formation, de l’autoformation en ligne (Mooc)…les services du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion vous accompagnent. En savoir +

L’égalité de traitement entre les hommes et les femmes dans le travail implique le respect de plusieurs principes par l’employeur. Pour en savoir +
À consulter également la page dédiée aux obligations des entreprises sur le site du ministère chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances.

Juridiquement encadrée au niveau international, européen ou national, l’égalité professionnelle relève également de la compétence des partenaires sociaux et des entreprises.

LE SOUTIEN DE L’EUROPE

L’égalité femmes-hommes constitue également une préoccupation de l’Europe. C’est ainsi l’un de ses objectifs clés depuis l’instauration du Traité de Rome en 1957 : le Fonds Social Européen (FSE) est l’un des principaux leviers financiers européens pour soutenir l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Consulter le dossier thématique sur fse.gouv.fr

À consulter le guide égalité femmes-hommes « Mon entreprise s’engage » à destination des TPE-PME.
Un guide résolument pratique qui a pour objectifs :

  • de lever les freins liés aux stéréotypes ;
  • de favoriser le développement de plans d’action en faveur de l’égalité professionnelle ;
  • d’outiller les TPE et les PME qui souhaitent engager leur entreprise et s’impliquer dans une démarche égalité.