Plomb

Données générales

Le plomb est un métal noir grisâtre de forte densité qui émet des vapeurs dès 600°c (température inférieure à celle du chalumeau ou de l’arc électrique).

Le plomb (et ses dérivés) fait l’objet de multiples applications. On y est donc exposé :

  • Lors de sa mise en œuvre (fabrication, application de peintures…)
  • Lors d’une intervention conduite sur un support qui en contient (tuyauteries, boiseries peintes, poutres métalliques…)

Par ailleurs, il est utilisé comme pigment et stabilisant de certaines matières plastiques ou additifs dans les huiles et lubrifiants.

Les secteurs les plus touchéspar le plomb :

  • Les professions du BTP (peintres, métalliers, plombiers, chauffagistes, démolisseurs…) sont particulièrement exposées
  • Les industries mettant en œuvre le plomb dans leur processus de fabrication, mais également par contamination aux postes de conditionnement et aux postes de conduite de chariots

L’exposition au plomb se fait principalement :

  • Lors de l’utilisation de peintures comme pigment (chromate de plomb, au cours des opérations de décapage thermique des peintures anciennes…)
  • Lors de la fabrication des batteries (grilles des accumulateurs et remplissage des alvéoles)
  • Lors de la récupération de vieux métaux : découpage au chalumeau de tôles et charpentes recouvertes de vieilles peintures contenant du plomb (démolition), travaux sur toitures étanchées avec des feuilles contenant du plomb, décapage des peintures anciennes (surtout si elles sont brûlées)
  • Lors du soudage à « l’étain » (mélange de plomb et d’étain de la baguette ou de fil de soudure)
  • Lors de la fabrication et l’application d’émaux et frittes au plomb (poterie, faïencerie)
  • Lors de la réparation par soudure des radiateurs de véhicule (V.L. ou P.L.)
  • Lors de l’ébarbage et le polissage d’objets ou alliages en plomb
  • Dans la verrerie et la cristallerie
  • Lors des opérations de revêtements de câbles (résistance à la corrosion et flexibilité)

Quels sont les risques

Ingéré ou inhalé, le plomb se retrouve dans le sang et se fixe sur les tissus mous (foie, rate, reins, moelle osseuse, système nerveux), ainsi que sur le système osseux et dentaire où il peut être stocké par accumulation.

Il est éliminé lentement par les voies naturelles.

Dans l’organisme, le plomb agit sur de nombreux métabolismes (calcium, vitamine D) mais plus particulièrement sur la synthèse de l’hémoglobine. Il bloque l’action de certains enzymes, d’où l’apparition d’anémies plus ou moins marquées.

La surveillance biologique de l’exposition au plomb par son dosage dans l’urine et le sang permettent d’estimer rapidement l’atteinte de l’organisme.

RISQUES CONSEQUENCES / SYMPTOMES
Intoxication aiguë (exposition brève mains intensive). Elle survient après une inhalation massive de poussières, fumées ou vapeurs de plomb. Intoxication chronique (exposition prolongée). Les manifestations apparaissent avec un délai variable selon l’intensité de l’exposition, les habitudes d’hygiène du salarié et son état physiologique. - Des troubles digestifs (vomissement, douleurs abdominales) - Des encéphalopathies (atteinte du cerveau) - Une cyanose (destruction brutale des globules rouges : peau bleue) - Une insuffisance rénale (difficultés des reins pour épurer le sang)
Signes bucco-dentaires - Apparitions bleutées, en cas de mauvaise hygiène buccale (fermentation du plomb par le salive). Symptôme classique mais désormais peu fréquent.
Atteintes sanguines (ce sont les plus fréquentes) - Nécessité de surveillance permanente pour les salariés exposés.
Coliques du plomb : lors d’une exposition plus marquée ou lors d’une maladie intercurrente (grippe, poussée de fièvre) qui libère le plomb stocké dans les os. - Douleurs abdominales intenses - Nausées/ vomissements - Constipation intense Ces douleurs cessent rapidement avec un traitement, même si l’élimination du plomb est longue.
Atteintes du système nerveux - Atteinte des nerfs périphériques (particulièrement au niveau des avants bras) v Fourmillements v Douleurs dans les articulations v Paralysie des doigts et de la main - Atteinte du système nerveux central v Affections non inflammatoires du cerveau (fixation du plomb sur le cerveau)
Atteintes rénales - Insuffisance rénale chronique avec hypertension artérielle, - Baisse de l’élimination de l’acide urique et urée avec crises de gouttes
Problèmes de reproduction (le plomb est toxique et nocif) - Chez la femme v Stérilité v Avortement v Prématurité v Morbidité post-natale v Risque de retard de développement psychomoteur et mental de l’enfant - Chez l’homme v Altération de la spermatogenèse

Exemple d’accident : Lors du démontage au chalumeau de tuyaux d’aspiration fortement encrassés servant au captage des fumées de soudage contenant du plomb, plusieurs salariés ont été contaminés.

Les moyens de prévention

Prévention collective  :

  • Substitution chaque fois que c’est possible
  • Travail en vase clos et étanche (appareil hermétique…)
  • Captage des poussières ou fumées à leur source d’émission
  • Nettoyage quotidien des murs et sols, arrosage des plans de travail

Protection individuelle  :

  • Port de gants et tabliers imperméables
  • Coiffures de protection
  • Changement fréquent des vêtements, voire port de combinaisons jetables.
  • Hygiène corporelle (se laver les mains, se doucher quotidiennement en sortant de l’atelier, ne pas se ronger les ongles, ne pas boire, manger et fumer dans les ateliers…)
  • Aménagement de deux vestiaires près de la sortie de l’entreprise, l’un réservé aux vêtements de la ville, l’autre pour les vêtements de travail (installation de douches entre les deux vestiaires).

Information et formation du personnel notamment sur les risques et les règles d’hygiène qui en découlent.

Surveillance de l’exposition  :

  • Dans l’air : aux postes de travail et dans les locaux
  • Par prélèvement individuels (sur l’opérateur)

Une Surveillance médicale renforcée doit être mise en place :

  • Si l’exposition à la concentration de plomb dans l’air est supérieure à 0,05 mg/m3 (sur 8 heures)Si une plombémie supérieure à 200 microgrammes/litre de sang pour les hommes ou 100 microgrammes/litre de sang pour les femmes est mesurée chez un travailleur

Sources réglementaires

Classement et étiquetage

Substance classée en catégorie 1 des substances toxiques pour la reproduction (réglementation européenne). La réglementation relative à cette catégorie de substances est donc applicable (Article R. 4412-59 et suivants du code du travail).

Valeurs limites biologiques à ne pas dépasser :

400 microgrammes par litre de sang pour les hommes, 300 microgrammes par litre de sang pour les femmes.

Tableaux de maladie professionnelle :

Tableau n° 1 des maladies professionnelles (provoque le saturnisme notamment)

Dispositions particulières

  • Les dispositions générales sur l’aération/assainissement des locaux de travail (article R. 4221-1 et suivants) et sur la prévention du risque chimique (article R. 4412-1 et suivants).
  • Articles R. 4412-59 7°, R. 4412-40 à R. 4412-58 (surveillance médicale : liste et fiche d’exposition, examens médicaux et fiche d’aptitude, dossier médical, attestation d’exposition) ; Article R. 4412-160 (surveillance médicale renforcée) ; Article D. 4153-26 12° (interdiction d’employer des jeunes de moins de 18 ans aux travaux les exposant au plomb et à ses composés) ; Article D. 4153-38 du code du travail (interdiction d’employer des jeunes de moins de 18 ans aux travaux de coulée des métaux en fusion et de les admettre de manière habituelle dans les locaux).
  • Article R. 4412-156 et R. 4412-157 du code du travail (2 vestiaires séparés par des douches).
  • Article R. 4412-159 du code du travail (lavage des vêtements de travail par entreprise extérieure).
  • Article D. 4152-10 du code du travail relatif aux dispositions particulières pour les femmes enceintes et allaitantes.

Pour en savoir plus

INRS

Ces dépliants sont destinés à sensibiliser tous les salariés amenés à manipuler du plomb ou à être en contact direct ou indirect avec le plomb aux risques pour leur santé et celle des autres. Ils préconisent des mesures d’hygiène et de prévention pour se protéger et pour éviter de contaminer leurs proches au-delà du milieu de travail.

Ce document, à destination des entreprises et des donneurs d’ordres, à pour objectifs essentiels :

  • de présenter les risques auxquels peuvent être exposés les opérateurs lors des interventions sur les peintures contenant du plomb identifiées par un diagnostic positif ;
  • d’aider les entreprises à réaliser l’analyse des risques propres à un chantier ;
  • de choisir les mesures de prévention à mettre en oeuvre pour réduire ces risques, et ceci en fonction des techniques employées. Il permet également aux donneurs d’ordres de prendre en compte dès l’établissement du cahier des charges les contraintes liées au risque plomb. Les entreprises pourront alors remettre des offres intégrant les dispositions de prévention nécessaires. Ce guide est applicable pour toutes les interventions sur les peintures au plomb (travaux d’urgence, réhabilitation, dépollution…), quelle que soit la destination du bâtiment (logement, bureaux…).
  • Dossier INRS « Plomb » : Les principaux secteurs d’activité exposés au plomb sont le bâtiment, l’industrie et l’artisanat. Or, une exposition régulière au plomb peut entraîner des conséquences graves pour la santé. Le plomb et ses composés sont classés d’autre part comme toxiques pour la reproduction. Les mesures de prévention à mettre en œuvre ont pour objectif de réduire l’exposition au plomb des travailleurs au niveau le plus bas techniquement possible.

OPPBTB

  • Traitement des peintures au plomb
    Ce guide fait le point sur la réglementation ; il porte à la connaissance des entreprises leurs obligations vis-à-vis du Code du travail et du Code de la santé publique ; enfin, il fournit un ensemble de solutions pratiques de traitement incluant l’élimination des déchets. Cet ouvrage est conforme à la réglementation en vigueur à la date de parution.

ANSES

Centre Canadien d’Hygiène et de Sécurité au Travail (CCHSCT)