Fluides d’usinage

Données générales

Les travaux d’usinage dans la métallurgie (décolletage, fraisage, tournage, emboutissage, presses à froid…) font appel aux fluides d’usinage ou huiles de coupe.

Ces huiles sont utilisées sur les machines outil pour la lubrification et le refroidissement des opérations d’usinage.

Les fluides d’usinage permettent d’augmenter la durée de vie des outils (en limitant leur usure) et/ou d’augmenter la productivité des opérations (en agissant chimiquement sur le métal).

Quels sont les risques ?

Les huiles de coupe produisent des brouillards d’huile qui, dans des ateliers mal ventilés, donnent une épaisse fumée dans l’atmosphère avec une odeur caractéristique.

Ces brouillards d’huile proviennent :

  • des projections générées par le contact de l’huile avec des pièces ou outils tournant à grande vitesse ;
  • de la recondensation en gouttelettes des vapeurs dégagées sous l’effet de la chaleur par l’huile au contact des outils de coupe (usinage, emboutissage).

Les huiles « pleines » ou « entières »

Surtout utilisées comme lubrifiant, ces huiles insolubles proviennent de la distillation du pétrole (huiles minérales) ou de synthèse. Elles peuvent contenir des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) cancérogènes, sauf si elles sont hautement raffinées (attention aux huiles dites "reraffinées" qui sont une régénération d’huiles usagées qui se sont chargées en HAP en cours d’utilisation ; il s’agit plus certainement d’opérations de clarification de couleur que de raffinage).

RISQUES SYMPTOMES
Risques cutanés - Boutons d’huile ou furoncles (appelé papulo-pustules)
- Dermites eczématiformeset dermatoses d’irritation
- Cancers cutanés (reconnus par les tableaux n° 36 et 36 bis des maladies professionnelles)
Risques pour la santé (*) - Irritations
- Allergies

(*) Ces huiles contiennent souvent des additifs (anti-usure, inhibiteur de corrosion, bactéricides, fongicides, etc.) visant à améliorer leur qualité de lubrification ou de coupe et à assurer leur stabilité dans le temps.

Les fluides aqueux (huile + eau)

Surtout utilisés pour leurs qualités de refroidissement, ce sont des mélanges chimiques complexes pouvant renfermer de nombreux additifs.

ADDITIFS RISQUES
De l’aldéhyde formique (biocides utilisés pour limiter la prolifération bactérienne) Risques de dermites eczématiformes et asthmes ; tableau n° 43 des maladies professionnelles.
Des amines aliphatiques et alicycliques (anti-corrosif) Risques de dermites eczématiformes et asthme ; tableau n° 49 des maladies professionnelles.
Des bactéricides Risques de dermites eczématiformes et asthme ; tableaux N° 65 et 66 des maladies professionnelles.

Risque de pathologies respiratoires (pneumopathies d’hyper sensibilité), sont générés par des micro-organismes (bactéries) se développant dans les fluides aqueux

Les principaux risques sont ceux liés aux brouillards d’huile et au risque de contact cutané avec les fluides d’usinage. Ce contact se produit lorsque :
- on touche les pièces souillées
- on nettoie ou entretient les bacs
- on porte des vêtements souillés par l’huile.

Risque d’allergies (dits risques de sensibilisation), les alliages des métaux usinés peuvent se retrouver dans les huiles soit par solubilisation, soit par la présence de particules entraînées (nickel, chrome, béryllium, cobalt).

Risque d’exposition aux poussières de carbures métalliques de l’outil et de la meuleuse, lors de l’usinage à sec, le travail des métaux nécessitant l’affûtage des outils (meulage ou rectification).

Risque de glissades, qui peut être provoqué par les fluides de coupe qui pourraient se répandre au sol, le risque est d’autant plus élevé que l’atelier n’est pas assaini.

Les moyens de prévention

  • Adopter, si possible l’usinage à sec ;
  • Utiliser des huiles minérales neuves raffinées ;
  • Respecter les concentrations préconisées par le fournisseur lors de la préparation des mélanges ;
  • Surveiller le niveau de pH, la présence de micro-organismes, l’enrichissement en HAP et en nitrites ;
  • Limiter les contacts avec les bâtis des machines et les pièces imprégnées d’huile ;
  • Vérifier les débits d’arrosage ;
  • Limiter les brouillards d’huile par capotage des machines et captage des émissions à la source ;
  • Utiliser des gants et si nécessaire des tabliers de protection, couvrir les avant-bras, changer les vêtements souillés et en assurer l’entretien régulier ;
  • Se laver les mains et se doucher en fin de poste.

Sources réglementaires

Articles R. 4222-10 et suivants concernant les locaux à pollution spécifique

Articles R. 4412-1 et suivants sur la prévention des risques chimiques

Pour en savoir plus

INRS

Fluides de coupe. Protégez votre peau

Les fluides de coupe ont pour rôle de faciliter l’usinage : ils augmentent les qualités lubrifiantes, limitent l’usure de l’outil, réduisent les risques de grippage ou empêchent la corrosion des métaux. Ce dépliant destiné aux salariés rappelle les bonnes pratiques à adopter lors de l’utilisation des fluides de coupe.

Référence ED 907 (2003, dépliants 6 volets)

Captage et traitement des aérosols de fluides de coupe

Ce guide concerne les opérations effectuées avec des fluides de coupe sous forme d’huiles minérales entières ou de fluides aqueux, notamment lors de l’enlèvement ou de la déformation des métaux. Il traite des risques associés à ces opérations et des moyens de les prévenir par une ventilation appropriée.

Référence ED 972 (2005, brochure 24p.)