Benzène

Données générales

Le benzène est un liquide incolore très volatil. C’est un intermédiaire de synthèse important et un excellent solvant des graisses, particulièrement apprécié des professionnels pour cette raison. Il est obtenu par distillation de la houille et du pétrole. Il appartient à la famille des solvants aromatiques. Il s’agit d’une substance cancérigène rencontrée notamment dans :

  • L’industrie pétro-chimique (les raffineries ont des installations automatisées mais peuvent induire des interventions manuelles sur réacteurs, tuyauteries, vannes…) ;
  • L’industrie chimique, comme produit de départ de nombreuses synthèses (synthèse du phénol, du styrène, de l’aniline, du nitrobenzène, du cyclohexane) qui sont eux-mêmes des intermédiaires utilisés pour la fabrication de matières plastiques, colorants, textiles ;
  • La parfumerie ou la distillation du bois, comme extracteur et pour la recherche d’arômes (odeur de pin, de pain grillé, de fraise…) ;
  • L’industrie électronique, comme dégraissant de composants pour lesquels on recherche la plus grande pureté ;
  • Les laboratoires de chimie en synthèse (recherche) ;
  • Les garages automobiles, où l’essence est encore couramment utilisée comme dégraissant des pièces ou même pour se laver les mains (pratique à proscrire) ;
  • Les utilisateurs et réparateurs de petit matériel agricole à moteur thermique ;
  • Les postes de péage de parkings, d’autoroutes, de station de vente de carburants.

Deux professions sont particulièrement exposées :

Les garagistes travaillent souvent dans de petits garages, bas de plafond, mal ventilés. Les occasions d’exposition ont lieu lors du démarrage du moteur (émissions de pots d’échappement), du dégraissage des pièces à l’essence, de l’usage de la soufflette sur les éléments de moteur, du démontage de carburateur, du changement de filtre à essence etc. L’exposition est à la fois respiratoire et cutanée.

Les citernistes sont exposés lors du remplissage des citernes au dépôt et lors du dépotage de ces mêmes citernes chez le client. L’exposition est respiratoire et cutanée (éclaboussures, souillures des vêtements…).

NB : le benzène est utilisé dans l’essence sans plomb (en substitut de ce dernier) afin d’augmenter l’indice d’octane, c’est-à-dire la qualité anti-détonante du carburant. La teneur en benzène des carburants est au maximum de 1 % en volume depuis le 1er janvier 2000 (directive 98/70 CE) (le gasoil pour les moteurs diesel n’en contient pas).

Pour mémoire, le benzène est également présent dans les fumées de cigarettes.

Quels sont les risques ?

Le benzène est connu pour sa forte toxicité. Les voies de pénétration sont en premier lieu respiratoire, en second lieu cutanée.

Intoxication aiguë : (exposition courte, inhalation de vapeurs à forte dose)

  • Céphalées
  • Nausées
  • Excitations nerveuses pouvant être à l’origine de facteurs dépressifs.
  • Narcose, convulsion, décès (en cas d’exposition sévère)

Intoxication chronique : (exposition prolongée)

  • Atteintes cutanées, irritations de la peau et des muqueuses, peuvent survenir avec le port de vêtements souillés ou en cas de contact cutané direct avec le solvant.
  • Atteintes sur la moelle osseuse (benzolisme), qui peuvent provoquer des hémorragies, infections, anémies et leucémies. Les facteurs individuels jouent ici un rôle important car l’atteinte des cellules de la moelle osseuse peut apparaître après une période de latence variant de quelques mois à plusieurs années, voire plusieurs années après la cessation d’exposition.
  • Altération de la mémoire, de certaines capacités psychiques et troubles digestifs.
  • Des cancers du sang (leucémies).

Les moyens de prévention

  • Substituer le benzène (substance cancérigène) à chaque fois que cela est possible. Il est remplacé habituellement par du toluène, xylène, cyclohexane, qui ne sont cependant pas sans risque eux non plus.
  • Travailler en vase clos (si on ne peut pas remplacer le benzène), c’est à dire en système hermétique. Mais, même dans ce cas, il convient d’évaluer l’efficacité du dispositif de vase clos en comparant par exemple les quantités de benzène effectivement consommées annuellement dans l’entreprise avec celles requises pour le fonctionnement de l’installation en circuit fermé.
Un différentiel important entre ces deux données signifie qu’il existe des pertes consécutives à des fuites lors du fonctionnement normal ou lors des opérations d’entretien et de maintenance pendant lesquelles on rompt le confinement de l’installation (d’où la nécessité de contrôler le respect des valeurs limite dans l’environnement de travail, même lorsque l’on travaille en vase clos).
  • Utiliser un appareil de protection respiratoire, si la concentration dans l’air est supérieure à 1 PPM.
  • Capter les fumées de pot d’échappement à leur source dans les garages et utiliser la ventilation générale mécanique.
  • Informer / former les salariés sur les risques encourus et les moyens de s’en prémunir (hygiène des vêtements, protection des mains…).

Sources réglementaires

Classement et étiquetage :

La substance seule est classée et étiquetée cancérogène catégorie 1 par la réglementation européenne (R45 "peut provoquer le cancer" et R11 "facilement inflammable").

La réglementation relative à cette catégorie de substances est donc applicable (articles R. 4412-1 et suivants du code du travail).

Valeur limite à ne pas dépasser :

Article R. 4412-149 : 3,25 mg/m3 d’air ; 1 PPM (partie par million en volume d’air)

Tableaux de maladie professionnelle :

Les tableaux de maladies professionnelles du régime général de la Sécurité sociale liées au benzène sont les tableaux n°4 (hémopathies provoquées par le benzène et tous les produits en renfermant) et n°4 bis (affections gastro-intestinales provoquées par le benzène, le toluène, les xylènes et tous les produits en renfermant).

Dispositions particulières :

Articles R. 4412-59 7°, R. 4412-40 à R. 4412-58 du code du travail (surveillance médicale : liste et fiche d’exposition, examens médicaux et fiche d’aptitude, dossier médical, attestation d’exposition).

Article R. 4412-162 du code du travail (interdiction d’employer des dissolvants ou diluants renfermant, en poids, plus de 0,1% de benzène, sauf si utilisation en vase clos).

Article D. 4152-10 du code du travail relatif aux dispositions particulières pour les femmes enceintes et allaitantes.

Arrêté du 17/04/75 fixant une méthode d’analyse du benzène dans l’air

Annexe à l’arrêté du 23/07/47 concernant les travaux salissants pour lesquels l’employeur doit mettre des douches à disposition (dérivés du benzène).

Pour en savoir plus

INRS

« Les vapeurs d’essence sont nocives pour votre santé »


Toutes les essences contiennent des hydrocarbures dont du benzène. Le benzène est un produit dangereux. Les vapeurs d’essence agissent sur le système nerveux et provoquent des troubles graves de la formule sanguine. Ce dépliant donne des conseils pratiques pour prévenir les risques liés au benzène.

Référence ED 872 (2001, dépliant)

- « Vapeurs d’essence… ne vous faites plus de mauvais sang »


Toutes les essences contiennent des hydrocarbures dont du benzène. Le benzène est un produit dangereux. Les vapeurs d’essence agissent sur le système nerveux et provoquent des troubles graves de la formule sanguine. Ce dépliant donne des conseils pratiques pour prévenir les risques liés au benzène.

Référence ED 871 (2001, dépliant)

« Fiche toxicologique benzène »

Référence FT 49 (2007, fiche toxicologique)

« Le benzène »

Le benzène est un solvant inflammable et toxique. Il a été classé cancérogène par l’Union européenne. Son usage est donc strictement réglementé. En France, il est interdit de commercialiser des solvants contenant plus de 0,1% de benzène. Des valeurs limites d’exposition professionnelle au benzène (VLE et VME) sont définies dans le Code du travail. Ce dossier est une courte synthèse destinée à rappeler les caractéristiques du benzène mais surtout à faire le point sur les principes nécessaires à la protection des travailleurs exposés.

« Les hydrocarbures aromatiques »

Cette fiche présente, pour la famille des hydrocarbures aromatiques : Description et utilisation des substances, dangers et risques (toxicité, maladies professionnelles, incendie et explosion, réactivité chimique, risques environnementaux) ; prévention des risques ; bibliographie sélective. Principales substances décrites : benzène ; toluène ; xylènes ; éthylbenzène ; cumène (ou propylbenzène).

Référence ED 4226 (2004, brochure de 6 pages)


ANSES

Proposition de valeurs guides de qualité d’air intérieur (VGAI) en France pour le benzène et des recommandations pour protéger la population.

Les valeurs guides d’air intérieur



Centre Canadien d’Hygiène et de Sécurité au Travail (CCHSCT)

Les informations de base sur le benzène