Aide à domicile

Données macro

En 1999, on comptait 200 000 aides à domicile dans 7000 associations pour 500 000 bénéficiaires. Les chiffres sont depuis en forte évolution.
Les aides à domicile sont majoritairement des femmes. Beaucoup travaillent à temps partiel (choisi ou imposé) et cumulent plusieurs employeurs. Elles sont souvent sans formation.
Seules les associations à effectif élevé peuvent offrir la possibilité d’accéder à d’autres fonctions.

Les fonctions clés de l’aide aux personnes

  • Accompagne et aide les personnes âgées dans les actes essentiels et les activités ordinaires de la vie quotidienne (aide aux déplacements et à la mobilisation, aide à la toilette, l’habillage, le déshabillage et à l’alimentation (courses, préparation et aide à la prise des repas), aide où réalise des achats, l’entretien du linge, le nettoyage du logement, le repassage, …).
  • Accompagne et aide les personnes âgées dans les activités de la vie sociale et relationnelle. L’aide à domicile accomplit ainsi un travail matériel, moral, sanitaire et social essentiel pour le maintien à domicile. La composante relationnelle, psychologique et psychoaffective de son activité est importante.

Les risques du métier

Les accidents du travail les plus fréquents

Les accidents du travail les plus fréquents sont les accidents domestiques comme les brûlures thermiques ou chimiques, les lumbagos, les chutes et les accidents de circulation.

Les atteintes à la santé

Les atteintes à la santé concernent :

  • les risques physiques : Affections périarticulaires ou lombaires provoquées par certains gestes, postures de travail, manutentions, … .
  • les risques liés aux multiples produits chimiques qui peuvent être utilisés qui peuvent provoquer des affections cutanées ou respiratoires.
  • les risques infectieux ; en cas d’intervention au foyer d’une personne malade
  • les risques psychosociaux : fatigue, souffrance mentale, dépression, …

Facteurs de risques liés à l’organisation du travail et aux déplacements

Plusieurs déplacements sont généralement effectués chaque jour. Ils peuvent engendrer un double problème ; d’une part de perte de temps lié à une mauvaise organisation et d’autre part de distance parcourue importante qui engendre un risque lié aux déplacements.
Ces difficultés peuvent être aggravées par une charge de travail importante et variable, une amplitude horaire importante, le travail le week-end et les jours fériés.

Risques psychosociaux

L’aide psychologique apportée par l’aide à domicile et son rôle social, sont au moins aussi importants et nécessaires que l’aide matérielle. Les facteurs de risques psychosociaux sont notamment les suivants :

  • La multiplicité des taches, qui peut entraîner une charge mentale importante
  • Les relations qui sont selon les cas, faciles et attachantes, ou difficiles avec des personnes âgées méfiantes, autoritaires, agressives (refus de modifier une habitude, peur d’être volée, de laisser quelqu’un intervenir dans la maison…), ou bien désorientées (perte de mémoire, …). Souvent il existe un mélange de ces situations pour la même personne.
  • Des relations difficiles qui peuvent parfois survenir avec certaines familles.
  • La fin de vie se rapproche et des moments affectivement importants pour l’aide à domicile surviennent à un moment ou à un autre.
  • Des situations différentes d’une personne âgée à l’autre, sont vécues dans la même journée. Elles demandent à l’aide à domicile une grande capacité d’adaptation psychologique dans un contexte de difficultés de communication avec la personne en souffrance. De plus, l’aide à domicile peut avoir à gérer des situations d’urgence génératrice de stress (accident de la personne aidée, fugue, malaise, …)
  • Ces situations sont souvent gérées seul ou de manière trop isolée, d’où l’importance du travail en réseau. Il peut également y avoir un décalage entre les missions et les tâches réalisées avec des « injonctions paradoxales » par la hiérarchie Cette dimension relationnelle et psychologique est quelquefois insuffisamment reconnue et considérée par la personne aidée, sa famille ou la structure d’encadrement. Cela peut entraîner l’abandon du métier.

Risques liés aux manutentions et postures

Les aides à domicile rencontrent des risques liés aux manutentions et aux postures dans différentes activités :

  • le travail debout avec déplacement dans le logement ou piétinement, selon les tâches
  • la manutention manuelle de la personne et de matériel et de mobilier (habillage, déshabillage, aide à la toilette, accompagnement aux sanitaires, déplacement de meubles, retournement de matelas, …)
  • des gestes répétitifs (lavage des vitres, repassage, …) peuvent entraîner des douleurs articulaires
  • certains domiciles sont inadaptés, exigus ou très anciens, ce qui peut compliquer les manutentions, favoriser les accidents notamment par des chocs, augmenter les efforts requis,
  • certains déplacements augmentent la manutention notamment pour faire les courses, … Ces risques peuvent être aggravés par le rythme de travail car le nombre d’heures par personne est limité et décompté de façon précise (salaire horaire).

Risques de chute

La gravité des accidents est très variable ; les conséquences sont parfois très handicapantes pour la poursuite d’un travail qui demande de réaliser des efforts physiques importants. Les chutes peuvent survenir soit au domicile de la personne âgée, soit au cours des déplacements extérieurs pour faire les courses de celle-ci par exemple.
Au domicile, les chutes peuvent être de plain-pied (glissade au sol) ou de hauteur (chute d’un escabeau, ou d’un autre équipement utilisé comme escabeau (chaise, …).
Sur la voie publique il s’agit soit de chute ou glissade en marchant, dans les escaliers en particulier, soit d’accident par véhicule en circulation.

Risques chimiques

Les risques chimiques sont liés à l’utilisation de produits de nettoyage, qui peuvent être :

  • nocifs et toxiques : vapeurs de solvants organiques, acide fluorhydrique
    - irritants : comme les désinfectants, les détergents, les dégraissants (solvants, …)
  • corrosifs comme les détergents fortement alcalins (soude, ) ou les détergents fortement acides
  • inflammables (alcools, propane, butane, …).

Risques biologiques

L’hygiène générale est parfois médiocre au domicile des personnes âgées très peu mobiles.
Le risque infectieux (maladies microbiennes, virales ou parasitaires pouvant se transmettre), peut survenir par contact avec :

  • des personnes atteintes de maladies infectieuses chroniques en particulier pulmonaires (tuberculose, bronchite chronique), cutanées (staphylocoques, gale,…).
  • des objets de soins médicaux souillés de sang (Ceci ne devrait pas survenir, le personnel soignant ayant le devoir d’éliminer le matériel souillé).
  • des déchets ménagers, produits biologiques (urines, selles, sperme)
  • des animaux domestiques de la personne âgée (parasitoses…).

Risques divers

Le risque électrique avec des installations et des appareils vétustes (aspirateurs, plaques de cuisson, fer à repasser,…). Les risques liés à l’utilisation d’équipements de travail et d’équipements électroménagers.

Les moyens de prévention

Risques ou facteurs de risquesMoyens de prévention
Risques liés aux déplacements - Organiser les déplacements pour réduire les trajets et optimiser les plannings.
- analyser les moyens de transports utilisables, et si nécessaire mettre un véhicule à disposition.
- informer et former les salariés à la prévention des risques de la circulation.
Risques psychosociaux L’organisation du travail, la formation, le travail collectif et le soutien de la hiérarchie permettent de les prévenir ou les limiter.

L’organisation du travail doit prendre en compte la vie sociale de l’aide à domicile, par exemple en limitant le travail le week-end, le dimanche et les jours fériés. Les horaires doivent prendre en compte les besoins des personnes aidées, mais aussi limiter la perturbation de la vie sociale des aides à domicile. Le respect des plages de repos compensateur et le libre choix du temps partiel sont aussi fondamentaux.

La formation initiale puis continue concernant les aspects psychologiques de ces fonctions est nécessaire. Elle permet de comprendre les troubles du comportement liés au vieillissement et de réagir au mieux. Elle permet aussi à l’aide à domicile de savoir conserver ses "distances" pour se préserver des conséquences d’un attachement trop grand.

Le travail collectif en réseau permet de rompre l’isolement professionnel de l’aide à domicile, isolée pendant ses interventions auprès des personnes aidées. Il est donc indispensable qu’elle dispose d’un endroit où elle puisse exprimer régulièrement ses problèmes professionnels à des collègues et avoir des échanges sur la façon de surmonter les difficultés. Des réunions régulières sont donc nécessaires. Il est néanmoins difficile d’oser s’exprimer sur ce thème. Un soutien psychologique par un professionnel de la relation est de temps à autre utile.
L’encadrement peut aider l’aide à domicile à surmonter certaines difficultés relationnelles et certaines situations entraînant une charge psychoaffective élevée.
Il est par ailleurs nécessaire de prévoir des procédures d’appels téléphoniques pour les situations d’urgence, et de définir clairement les tâches confiées et le rôle des autres intervenants (famille, infirmières, aide-soignantes, femme de ménage).

Risques liés aux manutentions et postures La prévention des risques liés aux manutentions et posture repose sur des mesures techniques, organisationnelles et humaines.
Sur le plan technique, les logements privés sont souvent difficiles à faire aménager pour améliorer les conditions de travail. L’aide à domicile doit néanmoins insister auprès des familles ou des organismes d’intervention pour signaler les difficultés et tenter d’obtenir les améliorations possibles : plan de travail avec hauteur adaptée ou réglable, siège de WC surélevé, déambulateur, potence au dessus du lit, barres d’appui aux murs du logement … Quand cela est nécessaire, il convient de fournir des aides aux déplacements, au lever et au coucher.
Ces différentes taches doivent faire l’objet d’une définition précise de leurs modalités de réalisation. Ces procédures permettent d’une part une bonne organisation du travail, et d’autre part à l’aide à domicile de pouvoir refuser la réalisation de certaines activités (charges trop lourdes, travail en hauteur, …).
La dimension humaine repose pour beaucoup sur la formation. En effet, une très bonne connaissance des gestes et postures adaptées à chaque type d’activité est indispensable. Des formations à cet effet existent et doivent être suivies et répétées, plus particulièrement pour le matériel spécifique à la manutention des personnes.
Risques de chute Les risques de chute sont étroitement liés à la manutention, et renvoient souvent aux mêmes règles de prévention. Il conviendra toutefois de rajouter la réduction des déplacements et le port de chaussures adaptées, comportant des semelles limitant le risque de glissade.
Risques chimiques La première règle de prévention des risques chimiques est le recensement des produits et la suppression des plus dangereux, en les remplaçant par des produits qui le sont moins.
En cas d’utilisation, il est indispensable de bien aérer voire ventiler les locaux. En cas de fortes poussières, l’utilisation d’un aspirateur sera privilégiée.
Il conviendra de compléter cette protection collective par une protection individuelle des mains (gants) et des voies respiratoires (masque adapté). Des crèmes protectrices ou d’entretien peuvent contribuer à une bonne protection des mains.
L’information sur les produits est très importante et passe par une lecture attentive de l’étiquetage des produits ménagers. Les aides à domicile doivent y être formées et respecter les règles de prévention indiquées.
Risques biologiques - L’hygiène est très importante au niveau des mains : protection des petites plaies, et surtout lavage soigneux après chaque tâche au contact d’objets souillés (tel le linge) et avant de quitter le domicile de la personne aidée. Il convient d’utiliser des sacs jetables pour le ramassage des déchets.
- Nécessité de vaccinations à jour ( BCG, DTPolio, grippe, hépatite B pour les personnes intervenant auprès de malades) et d’une surveillance médicale régulière.
- Mise à disposition de protection individuelle : gants , tenue vestimentaire adaptée et bien entretenue.
- Réflexion sur les animaux de compagnie présents (risques de morsure, griffure ou de présence d’agent biologique) en prenant en compte leurs spécificités.
Risques divers - Conformité de l’installation électrique et du matériel mis à disposition.
- Prévention du risque d’incendie : règles de prévention pour les produits chimiques, réduction du potentiel calorifique et de l’encombrement.

Textes applicables

Textes concernant l’activité d’aide à domicile

  • Articles L7231-1 à L7234-1 du Code du travail
  • Arrêté du 4 juin 2007 relatif au diplôme d’Etat d’auxiliaire de vie sociale
  • Arrêté du 22 juillet 2003 relatif au titre professionnel d’assistant(e) de vie
  • Loi n°2202-73 du 17 janvier 2002 de modernisation sociale : article 51
  • Loi n°89-475 du 10 juillet 1989 relative à l’accueil par des particuliers, à leur domicile, à titre onéreux, de personnes âgées ou handicapées adultes, et ses décrets d’application
  • Convention collective des salariés du particulier employeur. Brochure 3180. - Convention collective nationale des organismes d’aide à domicile ou de maintenance à domicile. Brochure 3217.

Textes concernant la santé, la sécurité et les conditions de travail des aides à domicile

Textes concernant l’évaluation des risques et les principes généraux de prévention :

  • Partie 4 du code du travail et notamment les articles L4121-1 et 2, R 4121-1 et suivants

Risques liés à la manutention manuelle des charges :

  • R 4541-1 et suivants du code du travail

Risques et nuisances liés au bruit :

  • R 4431-1 et suivants du code du travail

Risques liés à l’utilisation d’écran :

  • Décret du 14 mai 1991 (R 4542-1 et suivants)

Risques liés aux situations de co-activité :

  • décret du 20 février 1992

Risques liés à l’utilisation de produits chimiques, cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques :

  • R 4412-1 et suivants du code du travail

Risques biologiques :

  • R 4421-1 et suivants du code du travail

Pour en savoir plus

DRTEFP PACA

La prévention en action : Les aides à domicile. Consultable sur le site DRTEFP PACA

Site internet « Annecy Santé au travail ». Fiche « risques métiers » aide à domicile auprès des personnes âgées.


ANACT

Le travail dans le secteur de l’aide à domicile (2006)

CISME

Fiche Médico - Professionnelle Aide à domicile.


INRS

Quatre films

D’une maison à l’autre. Risques professionnels et aide à domicile
DV 0346

Travailler auprès des personnes âgées
DV 0321

Le regard d’une femme de chambre sur son travail. Précédé de ’Femme toutes mains’
DV 0319

Des gestes et des mots
DV 0323

Dépliant INRS AR-MP

Pour prévenir les problèmes de santé liés à l’activité physique au travail
ED 4191

Soyons vigilant ensemble
ED 4192

Pour prévenir les chutes au travail
ED 4193

Prévenir les risques d’infection
ED 4194

Pour prévenir les accidents liés aux déplacements professionnels
ED 4195

Apprivoisez le temps pour mieux vivre ensemble au travail
ED 4196

Grille de repérage
ED 4298

Livret d’accompagnement
ED 4299

Obligations des employeurs prestataires
ED 6066