Agent de propreté

Données macro

12000 entreprises de propreté emploient 352000 salariés. L’activité de nettoyage des locaux administratifs, commerciaux et industriels est désormais le plus souvent externalisée et donc sous-traitée à des entreprises extérieures intervenant dans les locaux de l’entreprise utilisatrice. Forte population féminine (70%), fort taux de salariés étrangers, important taux de travail à temps partiel et cumul d’employeurs fréquent pouvant conduire à une durée hebdomadaire totale sensiblement supérieur à la durée légale. Les salariés interviennent généralement en dehors des horaires de travail du personnel de l’entreprise utilisatrice, soit très tôt le matin ou tard le soir. Ils effectuent de nombreux déplacements dans les locaux ou entre plusieurs entreprises. Ils sont souvent conduits à effectuer un travail isolé.

Malgré une tendance à la professionnalisation, due notamment à l’exigence accrue des clients en termes de coût et qualité, le niveau de qualification des salariés est faible.

Les risques du métier

Statistiques d’accidents du travail

Statistiques de maladies professionnelles

Risques inhérents aux lieux de travail

Les risques diffèrent selon que le nettoyage porte sur des bureaux, des locaux industriels (qui exposent potentiellement à l’ensemble des nuisances de l’entreprise d’accueil) ou un établissement de soins.

Déplacements nombreux entre bâtiments ou entre niveaux d’un même bâtiment : risques de chute de plain pied ou dans les escaliers (glissade, trébuchement) ou de heurts, aggravés lorsque le salarié transporte du matériel.

Postures contraignantesliées à l’exigüité des locaux : risque de lombalgies

Risques inhérents à l’organisation du travail

Risques liés aux cadences lorsque les tâches sont chronométrées.

Risques liés à l’activité de l’entreprise utilisatrice, potentiellement aggravés par le fait que le personnel intervient en dehors des horaires d’exploitation normale de celle-ci et peut en ignorer les dangers.

De manière générale, les risques sont également aggravés quand le salarié travaille isolément et ne peut être secouru rapidement.

Risque routier lié à la nécessité de se déplacer entre plusieurs sites.

Risques inhérents aux tâches

Risques de coupure ou de piqure lors de la collecte des déchets : plaies ouvertes, infections…

Port et déplacement de charges lourdes avec efforts de poussée et de traction (poubelles, mobilier…) : lombalgies, lésions traumatiques de l’épaule et du bras)

Contraintes posturales lors du nettoyage des sols et des surfaces, mouvements répétitifs des membres supérieurs (douleurs dorsales, troubles musculo-squelettiques)

Nettoyage des sanitaires (contact avec urines et matière fécales) : Maladies infectieuses et parasitaires.

Risques inhérents aux équipements utilisés

Appareils à pression ou très haute pression : plaies à la main ou au poignet au contact du jet sous pression

Aspirateur:exposition aux poussières, en particulier lors des changements de filtres, de sacs…

Monobrosse : risques articulaires lors du chargement, déchargement, de la manutention ou du retournement pour changer les brosses. Risque de choc lors des mouvements par à-coup de l’appareil. Risque électrique lié au mauvais état de l’appareil (fils dénudés sous-tension) ou de l’installation électrique à laquelle il est relié (disjoncteurs différentiels inadaptés ou inexistants).

Chariot de nettoyage (plus ou moins maniable, encombrement, mélange de produits)

Appareils autotractés (Monobrosse, décapeuse, cireuse, balayeuse, autolaveuse).

Escabeaux : chutes de hauteur.

De manière générale, les câbles électriques sont soumis à de nombreuses contraintes (arrachages…) et souvent utilisés en milieu humide : électrisation ou électrocution

Risques inhérents aux produits

Les risques sont liés, soit aux produits utilisés ou générés par l’activité de l’entreprise utilisatrice, soit par ceux utilisés par l’entreprise de nettoyage. Ils peuvent aussi résulter de l’incompatibilité des deux.

Les agents chimiques liés à l’activité de l’entreprise utilisatrice dépendent étroitement de cette activité. Les risques peuvent survenir par contact cutané ou respiratoire. Ils peuvent être imperceptibles (émanations de polluants incolores et inodores à proximité d’un poste dont les caractéristiques sont ignorées du personnel de nettoyage. Ils peuvent être générés ou aggravés par l’activité de nettoyage elle-même (mise en suspension d’aérosols par balayage…)

Les risques liés à l’entreprise de propreté sont ceux des produits qu’elle utilise : dégraissants, détergents, désinfectants, agents de blanchiment (eau de Javel), solvants. Ces produits peuvent provoquer des dermatoses allergiques et/ou irritatives ou des brûlures cutanées et oculaires (projection). Le mélange de produits de nettoyage avec des agents chimiques incompatibles présents dans l’entreprise peut être à l’origine d’accidents : réactions exothermiques (explosions) ou dégagements de nuages toxiques en cas de mélanges de produits acides et alcalins (acide chlorhydrique et soude par exemple).

Famille Principales substances rencontrées dans les désinfectants (source : fiches médicoprofessionnelles du Cisme)
Aldéhydes
souvent associés à des
ammoniums quaternaires
dans les désinfectants
Glutaraldéhyde
Formaldéhyde (cancérogène des voies respiratoires)
Glyoxal
Aldéhyde succinique
Dérivés halogénés chlorés Les hypochlorites (hypochlorite de sodium ou eau de javel)
Les chloramines (chloramine T)
Les ammoniums quaternaires Chlorure de benzalkonium, chlorure de cétylpyrimidium,
bromure de cétrinium, bromure de cethexonium, chlorure de didécyl-diméthyl ammonium…
Les dérivés phénoliques Triclosan (cosmétique, déodorants), parachlorométhacrésol,
orthophényphénol, o-benzyl-p-chlorophénol…
Les oxydants Acide péracétique
Peroxyde d’hydrogène
Les alcools Alcool éthylique
Alcool isopropylique
Les glycols (ethylène glycol)
Les biguanides Gluconate de chlorhexidine
Polyhexanide

Principales substances rencontrées dans les détergents (source : fiches médicoprofessionnelles du Cisme)

  • acides (phosphorique, chlorhydrique, nitriuqe, sulfurique, citrique, acétique)
  • alcalins (soude, potasse, phosphates alcalins)
  • agents complexants (EDTA)
  • Triclosan (cosmétique, déodorants), - additifs divers (enzymes, agents de blanchiment, conservateurs, désinfectants, abrasifs….)

Principales substances rencontrées dans les produits anti-graffiti

  • Hydrocarbures,
  • Phénols et dérivés,
  • Acétones, quinones, cétènes,
  • Acides et peracides carboxyliques,
  • Alcools et polyalcools,
  • Dérivés halogénés des hydrocarbures
    (source : fiches médicoprofessionnelles du Cisme)

Vigilance :

  • Les entreprises spécialisées dans le nettoyage industriel connaissent en principe les risques des installations qu’elles se proposent de décontaminer. Elles peuvent en revanche à leur tour, de par leur activité, générer des nuisances pour le personnel de l’entreprise utilisatrice.
  • Les établissements de soin présentent des risques particuliers (risque infectieux liés aux agents biologiques, fluides biologiques, seringues…)

Les moyens de prévention

Rappel important : La prévention doit toujours obéir à la logique suivante :

1°) suppression du risque (substitution d’un produit …)

2°) évaluation du risque non supprimable (document unique d’évaluation)

3°) protection collective (captage des polluants, protecteur sur machine…)

4°) protection individuelle (quand la protection collective est impossible, insuffisante ou dans l’attente de son installation).
Dans tous les cas, l’information et la formation des travailleurs s’imposent.

L’intervention d’une entreprise de nettoyage chez un utilisateur implique l’élaboration d’un plan de prévention permettant de gérer les risques liés à la coactivité.

Quelques éléments clé à intégrer au plan de prévention

  • Identification des zones de danger liées à la présence de machines ou produits dangereux
  • Désignation d’un local technique de stockage ventilé pour l’entreprise de nettoyage
  • Matériel mis à disposition par l’entreprise utilisatrice (escabeaux…)
  • Moyens d’alerte et de secours en cas d’urgence
  • Dispositions à l’égard du travail isolé
  • Voies de circulation
  • Consignes à l’égard du personnel de l’entreprise utilisatrice pour faciliter le travail des agents de propreté (remplissage et localisation des poubelles, rangement et état des locaux, demandes ponctuelles spécifiques, interdiction de laisser éliminer les déchets spéciaux…)
  • Caractéristiques de l’installation électrique (présence de disjoncteurs différentiels…)
  • Risques de mélanges incompatibles
  • Mise à disposition de vestiaires (armoires individuelles…)

Veiller à la gestion du volume de travail, en particulier en cas d’employeurs multiples (compatibilité des horaires) ou de changements fréquents de niveaux, de locaux…(compatibilité des temps standard alloués avec les caractéristiques réelles des lieux de travail) : risques musculo squelettiques et psycho sociaux liés à l’organisation de travail.

Mettre à disposition des poubelles basculantes ou anti perforantes (risques manutention, coupures et piqures).

Utiliser des aspirateurs, de préférence à filtre absolu en milieu industriel (pour éviter tout rejet dans l’atmosphère). Proscrire tout moyen de nettoyage mettant les particules en suspension (raclettes plutôt que balais) : risques liés à l’inhalation de polluants.

Chercher en permanence (avec l’aide des fournisseurs) à substituer les produits de nettoyage dangereux. Conditionner toute utilisation d’un nouveau produit à la production de sa fiche de données de sécurité, transmise pour avis au médecin du travail.

Fournir des gants adaptés au risque encouru (piqure, brûlure…) : gants de ménage en vinyle avec manchette pour le ménage, gants en latex en cas de risque d’exposition au sang et besoin d’asepsie : risques de dermatose liés aux produits et de contamination liés aux agents infectieux.

Fournir des tenues de travail et en assurer l’entretien régulier : risques de souillure par les polluants de l’entreprise utilisatrice et les produits de nettoyage.

Mettre à disposition une trousse d’urgence au sein de chaque équipe. Organiser la présence de secouristes. Envisager la mise à disposition de dispositifs de protection des travailleurs isolés (PTI type « homme mort » pour certains travaux isolés).

Organiser l’entretien et la vérification des appareillages électriques

Formation :

  • à la Prévention des Risques liés à l’Activité Physique dite PRAP(manutention et aux postures).
  • à l’utilisation des produits de nettoyage (dilution, mélanges, stockage).
  • à l’utilisation des appareils (y compris manutention, entretien, changements de filtre, de brosse…).
  • à la conduite à tenir en cas d’accident exposition au sang (seringues).

Pour en savoir plus

INRS

Un guide complet

« Les activités de mise en propreté et services associés » ED 963 (80 pages)

Cette brochure décrit les principaux risques de la profession et indique des moyens de prévention à mettre en oeuvre en privilégiant la protection collective. Elle traite aussi de la manière d’organiser la sécurité dans l’entreprise de propreté et chez le client, notamment par l’élaboration de plans de prévention.

Lien : ED 963

Une fiche pratique de sécurité

« Risque chimique pendant les travaux de nettoyage » ED 59 (4 pages)

Cette fiche pratique de sécurité précise les mesures de prévention à observer (étiquetage des produits, port de gants, ne pas transvaser un produit dans un flacon ou une bouteille à usage alimentaire, etc.), et vise les activités principales suivantes : nettoyage des sols, murs et surfaces ; des vitres ; du matériel de bureau ; des ustensiles de cuisines, fours ; des éviers, lavabos, douches ; rinçage de la verrerie de laboratoire ; élimination des graffiti ; détartrage des récipients ; détartrage des sanitaires (éviers, lavabos, cuvettes de WC, urinoirs) ; débouchage des éviers.

Lien : ED 59

Sur le problème spécifique des jets à haute pression

« Travailler en sécurité avec l’eau à haute pression. Conseils aux opérateurs » ED 819 (32 pages)

Cet ouvrage a été conçu pour attirer l’attention des opérateurs sur les règles essentielles à respecter et sur les principales erreurs à éviter lors de la mise en oeuvre et de l’utilisation d’équipements à jet haute pression.

Lien : ED 819

Voir également le dossier « Glissades, trébuchements et autres accidents de plain pied »

Trébucher, faire un faux pas… plus généralement perdre l’équilibre sur son lieu de travail peut arriver à tout le monde. Ce type d’événement très commun est souvent considéré comme bénin et inévitable. Pourtant, les conséquences de ces accidents sont aussi graves que celles des autres accidents du travail. Les accidents de plain-pied sont même parfois fatals. Pour prévenir ce risque, la sensibilisation est nécessaire, ainsi que le diagnostic afin de mettre en place des mesures de prévention adaptées à l’entreprise.

Lien : www.inrs.fr/dossiers/chuteplainpied.html

CISME

- Fiche du métier de l’Agent de nettoyage : caractéristiques générales et médico-professionnelles classées en 6 tableaux, détaillant les nuisances professionnelles, les moyens de prévention, les effets sur la santé et la surveillance médicale.