22 janvier 2014
agrandir la taille du texte diminuer la taille du texte envoyer cette page imprimer cette page
  • twitter
  • Facebook
  • Google
  • Googlebuzz
  • Live
  • Del.icio.us
  • technorati
  • viadeo
  • Yahoo! Bookmarks
  • Myspace

Plus de formations longues et qualifiantes avec le renforcement du CIF et la création du CPF

40 à 45.000 salariés obtiennent chaque année un Congé individuel de formation (CIF), qui leur donne le droit, sous certaines conditions, de prendre un congé pour suivre la formation de leur choix durant un an. Pendant cette période, ils continuent de toucher 80 à 90% de leur rémunération et peuvent réintégrer leur entreprise ensuite.

Le CIF a fait ses preuves et son financement sera renforcé.

Né il y a 30 ans, le CIF a fait ses preuves.

• 82% des bénéficiaires sont ouvriers ou employés
• 60% sont des personnes faiblement qualifiées (selon le FPSPP, Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels)
• Un an après un CIF, 57% des utilisateurs ont réussi leur examen et travaillent dans le domaine souhaité, une proportion qui monte à 74% pour ceux qui n’ont pas changé de secteur (Observatoire des transitions professionnelles)
• 97% des utilisateurs non diplômés réussissent à décrocher un premier diplôme
• Un CIF représente en moyenne 800 heures de formation, soit 22/23.000 euros, dont 75% de rémunération
• Le succès est tel que 30.000 personnes se voient, chaque année, opposer un refus à leur demande
• La réforme va renforcer le financement du CIF.
Il est aujourd’hui de 1,2 milliard par an. Demain, avec l’augmentation des fonds destinés au CIF et la création d’un financement dédié au CPF, 2,3 milliards d’euros pourraient être consacrés au financement de formations qualifiantes ou certifiantes mobilisées à l’initiative des salariés et des demandeurs d’emploi.

Outre l’augmentation des moyens du CIF, la réforme fait un effort global vers la qualification.

La professionnalisation. Les formations financées au titre de la professionnalisation gagneront en clarté et en attractivité en étant clairement identifiées comme des formations en alternance (contrats de professionnalisation et périodes de professionnalisation). La redéfinition des actions éligibles dans le cadre de la professionnalisation, orientées sur les formations qualifiantes, permettra par ailleurs de corriger la pratique actuelle qui, trop souvent, pouvait s’apparenter à des actions de formation s’inscrivant dans le plan de formation de l’entreprise.

L’accès à la formation des publics les plus fragiles. La période de professionnalisation est ouverte aux salariés relevant de structures d’insertion par l’activité économique qui auparavant étaient exclues du dispositif. Les dispositifs de la POE (Préparation opérationnelle à l’emploi) individuelle et collective font également l’objet d’une ouverture aux salariés bénéficiant d’un CUI (Contrat unique d’insertion) ou relevant de structures d’insertion par l’activité économique afin de faciliter les transitions vers l’emploi durable.

Un chiffre à retenir

+ 72 %

de formations qualifiantes grâce à l’augmentation du CIF et à la création du CPF.