Team Jolokia, Jean-François Levasseur : "la diversité, une richesse pour la cohésion."

« La diversité est une source inépuisable de performance »

Pour sa première saison comme entraîneur de la Team Jolokia, Jean-François Levasseur, 34 ans, mise sur l’observation et l’écoute pour manager les 22 membres. Avant d’embarquer sur le bateau de 60pieds, il explique sa démarche, les idées et méthodes mises en place pour ce projet.

JPEG - 126.2 ko
« La diversité est une source inépuisable de performance »


A 34 ans, Jean-François Levasseur entraîne les 22 autres membres de la Team Jolokia. S’appuyant sur une expérience d’une quinzaine d’années, ce skipper professionnel prépare sur terre et en mer un équipage issu de la diversité composé d’hommes, de femmes, de 5 juniors, de 4 seniors, de 3 personnes en situation de handicap et de 5 nationalités. Leur objectif ? Courir les régates comme la Middle Sea Race, l’Armen Race ou la Fastnet Race. A travers cette expérience observée et étudiée par les chercheurs de l’Université de Rennes, Jean-François Levasseur prouve que la diversité est une source de performance.

Après avoir été responsable technique du bateau pendant 2 années, vous êtes depuis le 1er mars le nouvel entraîneur de la Team Jolokia. Qu’apporte la diversité à cette aventure ?

La diversité de l’équipage est l’essence-même du projet. Elle est une source inépuisable d’idées, de façons de faire et de nouvelles méthodes de fonctionnement pour être performant. Elle est également une véritable richesse pour la cohésion du groupe : nous arrivons à créer un véritable esprit d’équipe en seulement quelques jours !

Concrètement, comment s’instaure cette cohésion ?

Quand nous revenons des journées d’entraînement, nous faisons un débriefing collectif. Chacun est à l’écoute des autres membres de la Team Jolokia. Il y a une grande transmission des savoirs. Cet esprit d’ouverture sur le groupe change de l’ambiance des équipages de navigateurs professionnels. Il séduit beaucoup les membres, tout comme cette mixité de profils.

Comment travaillez-vous avec cet équipage aux profils si différents ?

La première étape est de définir la mission vitale de chacun à bord pour permettre le bon fonctionnement du bateau. J’attribue les missions en fonction des aptitudes, des expériences et des retours issus des premiers entraînements. Aux néophytes, je confie une mission qui ne nécessite pas de connaissances techniques ou spécifiques. Les compétences de chaque membre sont valorisées. Personne n’est mis de côté. Tout le monde est sur un pied d’égalité.

Que permet cette démarche ?

De responsabiliser tous les membres de l’équipage. Ensuite, chacun se donne les moyens de se dépasser et de prouver au groupe qu’il est un rouage essentiel pour le bon fonctionnement du bateau. Cette responsabilisation s’inscrit dans l’esprit des gens quelque soit leur différence ou leur place dans le groupe.

L’engagement des ministères sociaux en faveur d’un management fondé sur la diversité comme source de performance

Faire de la diversité une force et une source de performance collective et individuelle au sein des services. C’est l’engagement pris par les ministères sociaux qui parient sur les compétences et la motivation des équipes d’agent.e.s représentatifs de la diversité pour lutter contre la stigmatisation des différences et accroître les performances. Mais comment réussir à mettre en place ces objectifs dans les équipes ? Les ministères sociaux, qui candidatent au renouvellement du label diversité délivré par l’AFNOR, misent sur un management garantissant une égalité de traitement des agent.e.s et une meilleure qualité de vie au travail.