11 septembre 2012
agrandir la taille du texte diminuer la taille du texte envoyer cette page imprimer cette page
  • twitter
  • Facebook
  • Google
  • Googlebuzz
  • Live
  • Del.icio.us
  • technorati
  • viadeo
  • Yahoo! Bookmarks
  • Myspace

Devenir contrôleur du travail

Les contrôleurs du travail sont des fonctionnaires de l’Etat (catégorie B) au coeur des enjeux sociaux et professionnels des entreprises. Acteurs du monde du travail, ils concourent à l’amélioration des conditions de travail, de la santé au travail et des relations professionnelles dans notre pays et veillent au respect du droit du travail.

Les contrôleurs du travail dépendent du Ministère du Travail et exercent leur fonction dans les services déconcentrés du ministère, les Directions Régionales de l’Entreprise, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi - DIRECCTE -

Ses missions essentielles

Sous l’autorité de l’inspecteur du travail, dans les petites et moyennes entreprises, les contrôleurs exercent 3 missions :

  1. Contrôle de l’application de la législation (code du travail, conventions et accords collectifs…) dans tous ses aspects : santé et sécurité au travail, durée du travail, contrat de travail…
  2. Prévention des risques professionnels en termes de santé et sécurité.
  3. Conseil et information des employeurs et salariés sur leurs droits et obligations, et sur la législation du travail en général.
    Ils effectuent principalement un travail de terrain marqué par de nombreux déplacements dans des entreprises et sur des chantiers. Ils peuvent également seconder un inspecteur du travail dans ses enquêtes et visites.
  • Un champ d’activité étendu
  • contrôle du respect de la législation du travail ou de la formation professionnelle continue dans les entreprises,
  • information du public,
  • participation à la gestion des politiques dans les domaines du travail, de l’emploi et de la protection sociale agricole,
  • gestion des ressources humaines ou des moyens d’intervention d’un service.
  • Une formation pratique
    Après la réussite au concours, les candidats sont nommés contrôleur stagiaire du travail de classe normale.
    Leur formation théorique est dispensée par l’Institut national du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (INTEFP) dans les centres interrégionaux de formation.
    Durant la formation, ils perçoivent un traitement.
    Cette formation comporte un ou plusieurs stages pratiques.
    Après la formation, les stagiaires sont titularisés si leurs résultats sont jugés satisfaisants par un jury.
  • Des perspectives de carrière motivantes
    Les contrôleurs de classe normale évoluent ensuite, dans le cadre de leur grille de salaire, vers les grades des échelons supérieurs.
    Ils peuvent aussi, sous certaines conditions, se présenter au concours interne d’inspecteur du travail ou d’un autre corps de catégorie A de la fonction publique.
  • Des compétences spécifiques
    Le métier de contrôleur du travail nécessite plusieurs compétences indispensables : –* de bonnes connaissances juridiques et une capacité à comprendre le milieu du travail ; –* le sens du dialogue et de l’écoute ; –* du tact, de la diplomatie, mais aussi de la fermeté ; –* de l’impartialité, de l’intégrité et de la discrétion ;
  • de l’aptitude à s’adapter aux situations les plus variées…
  • Une rémunération évolutive
    Le traitement mensuel brut de base d’un contrôleur du travail en début de carrière issu du concours externe est de 1 403 euros.
    Il est d’environ 2 436 euros en fin de carrière.
    S’ajoutent à ce salaire des primes1 d’un montant non négligeable : une indemnité de résidence (selon le lieu d’affectation), un éventuel supplément familial en fonction du nombre d’enfants, un régime indemnitaire, une prime de technicité. Ces primes correspondent en moyenne à 4481 euros pour l’année en début de carrière (soit environ 373 euros en plus du salaire par mois).
Un recrutement par concours
Les contrôleurs du travail sont recrutés par concours.
La qualité de raisonnement et de culture générale mais également l’intérêt porté à des questions économiques, sociales ou sociétales et la capacité à les mettre en relation avec les missions d’inspection du travail sont des éléments centraux d’appréciation par le jury tout comme la motivation, le sens de l’initiative, de l’écoute et du dialogue.

  • Les conditions d’inscription
    Les candidats doivent être titulaires d’un diplôme de bac+2 (diplôme de niveau III, ex : BTS, DUT, DEUG) ou d’une qualification reconnue comme équivalente à ce diplôme2.
  • Les épreuves
    Épreuves écrites d’admissibilité
    • Une composition sur un sujet d’ordre général
    • Au choix du candidat :
  • Une composition portant sur un sujet juridique (droit administratif ou droit du travail)
  • Une ou plusieurs questions portant sur des notions générales d’économie
  • Un résumé de texte
    Épreuve facultative
    L’épreuve facultative consiste en une traduction d’un texte rédigé dans l’une des langues suivantes : anglais, allemand, espagnol, italien, arabe, russe.
    Épreuves d’admission
    • Une conversation avec le jury à partir d’un texte de portée générale
    • Au choix du candidat :
      Une interrogation sur l’organisation constitutionnelle de la France
      Une interrogation sur les institutions communautaires
  • Les inscriptions
    • inscriptions sur le site du 27 novembre au 20 décembre 2012
    • Épreuves écrites en région : 27 et 28 mars 2013
    • Épreuves orales à Paris ou proche banlieue : septembre 2013

Pour en savoir plus sur le concours

  • Site Internet du ministère (brochures, inscriptions, annales, résultats…)
  • DAGEMO – RH1 (concours)
    39-43 Quai André Citroën, 75902 Paris cedex 15
    Tél. : 01 44 38 36 51 / 01 44 36 39 34
    Courriel : concours@travail.gouv.fr
  • Le correspondant concours des directions régionales de l’entreprise, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE, ex-DRTEFP).

Pour en savoir plus sur la formation

  • Site Internet de l’Institut national du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (INTEFP) www.institut-formation.trava…
  • INTEFP
    498 route de Saint-Bel, BP 84, 69280 Marcy-l’Etoile
    Tél. : 01 78 87 47 47