Aider à surmonter les obstacles de la vie

Pour apporter de nouvelles solutions aux demandeurs d’emploi dont la recherche d’emploi est pénalisée par des contraintes de garde d’enfant, Marisol Touraine ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, et Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat chargée de la famille, des personnes âgées et de l’autonomie, s’associent à l’effort du ministère de l’emploi pour engager des discussions avec les conseils généraux la Caisse nationale des Allocations familiales (CNAF), Pôle emploi et les entreprises de crèche.

La garde d’enfants, en particulier pour les mères isolées, constitue un frein majeur de retour à l’emploi.

Les objectifs sont :

  • d’élaborer dans les 6 mois des solutions concrètes pour que tout demandeur d’emploi puisse faire garder ses enfants le temps d’un entretien d’embauche, d’une visite dans une agence Pôle emploi, d’une formation, voire de sa période d’essai. Cela pourrait prendre la forme d’une convention entre Pôle emploi, la CNAF et la Fédération française des entreprises de crèche, qui offrirait aux demandeurs d’emploi l’accès à des places d’accueil occasionnel sur simple réservation.
  • d’engager, dans le cadre de l’objectif ambitieux de création de 275 000 nouvelles solutions d’accueil pour les 0-3 ans, un soutien à la création de crèches à vocation d’insertion professionnelle dans les quartiers défavorisés, en lien avec les conventions d’accompagnement global entre Pôle emploi et les conseils généraux. Ces établissements réserveraient des places pour les parents sans emploi : ces derniers pourraient bénéficier d’un appui spécifique pour leur recherche d’emploi.

Les zones où existent des offres d’emploi en nombre sont aussi souvent des zones où les prix de l’immobilier sont élevés, ce qui de fait interdit à de nombreux demandeurs d’emploi d’accéder à des opportunités.

Pour aider les demandeurs d’emploi à accéder au logement locatif, les partenaires sociaux gestionnaires d’Action logement ont décidé dans la convention quinquennale 2015-2019 conclue le 2 décembre dernier avec l’Etat l’extension du bénéfice du dispositif de garantie de loyers qui se substituera à l’actuelle Garantie des Risques Locatifs, aux demandeurs d’emploi entrant dans un emploi par tout contrat de travail hors CDI confirmé, y compris
une mission d’intérim ou une promesse d’embauche.

Dans cette convention, les partenaires s’engagent également à étudier un élargissement du dispositif aux personnes en recherche d’emploi effectuant une mobilité géographique de ce fait en direction d’un bassin
d’emploi situé en zone tendue.

Chômage de longue durée et difficultés de santé se cumulent et s’alimentent mutuellement.

Les demandeurs d’emploi connaissent des problèmes de santé plus fréquemment que la moyenne, parce que le chômage, période parfois destructrice au plan physique et mental, est propice à l’aggravation des problèmes de santé, que les demandeurs d’emploi connaissent des restrictions de l’accès au soin plus fréquemment que la moyenne, et que les difficultés de santé sont l’un des principaux freins qui pénalisent la recherche d’emploi.

Une mission sera confiée à l’inspection générale des affaires sociales sur la prise en compte des problématiques de santé dans l’accompagnement des demandeurs d’emploi.