Apprentissage | ce va que va changer la loi Liberté de choisir son Avenir professionnel

Rendre l’apprentissage attractif pour les jeunes et les entreprises

La loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel a été solennellement votée à l’Assemblée nationale, mardi 19 juin. Elle réforme l’apprentissage, la formation professionnelle et l’assurance-chômage. Elle comprend également des mesures pour l’égalité femmes-hommes et l’emploi des personnes handicapées.

PNG - 339.5 ko

La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel garantira le principe un contrat = un financement. Un jeune et une entreprise qui signeront un contrat d’apprentissage auront un financement.

Pour les apprentis

L’apprentissage, c’est 7 jeunes sur 10 qui accèdent à l’emploi dans les 7 mois après leur formation. Il s’agit d’améliorer l’orientation vers cette filière avec une meilleure information sur le taux d’insertion dans l’emploi, de succès au diplôme ou de poursuite d’études. A noter, pour plus d’attractivité, la mobilité européenne « Erasmus » sera développée.
L’apprentissage sera mieux rémunéré. Pour les 16-20 ans, la rémunération sera augmentée de 30 € nets par mois. Pour les 26 ans-30 ans qui y auront désormais accès, le minimum sera le Smic. Enfin, les plus de 18 ans bénéficieront d’une aide régionale de 500 € pour le permis de conduire.
Souplesse et protection seront enfin au programme. Souplesse : un apprenti pourra être recruté tout au long de l’année. Protection : un jeune dont le contrat est rompu ne perdra plus son année.

Pour les employeurs

La priorité est la simplification. La procédure d’enregistrement du contrat sera supprimée. Au lieu de 4 aides distinctes, une seule aide sera directement versée aux entreprises. Enfin, la taxe d’apprentissage sera regroupée avec la cotisation formation professionnelle et collectée automatiquement par les URSSAF.