17 octobre 2013
agrandir la taille du texte diminuer la taille du texte envoyer cette page imprimer cette page
  • twitter
  • Facebook
  • Google
  • Googlebuzz
  • Live
  • Del.icio.us
  • technorati
  • viadeo
  • Yahoo! Bookmarks
  • Myspace

Estimation de l’impact de la non-relance de certains demandeurs d’emploi sur le nombre de demandeurs d’emploi de catégories A et ABC fin août 2013

Les statistiques sur les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi relatives au mois d‘août 2013, publiées par la Dares et Pôle emploi le 25 septembre 2013, mettaient en évidence une hausse d’une ampleur inhabituelle des sorties enregistrées pour cessations d’inscription pour défaut d’actualisation. Le service statistique de Pôle emploi et la Dares ont, durant les quelques jours précédant la publication, cherché activement des éléments d’explication à cette hausse : ils ont en particulier vérifié que la hausse n’était pas concentrée dans une région particulière, ou sur des demandeurs d’emploi ayant des caractéristiques particulières. En parallèle, en lien avec les services informatique et opérationnel de Pôle emploi, il a été vérifié qu’il n’y avait pas de problème dans la chaîne statistique de traitement des données (qui aurait conduit à comptabiliser à tort certains demandeurs d’emploi comme n’ayant pas actualisé leur situation), pas de changement réglementaire dans la procédure d’actualisation, pas de problème informatique ayant empêché certains demandeurs d’emploi d’actualiser leur situation. Aucun facteur d’explication n’a été identifié avant la date de publication. La publication a ainsi été accompagnée d’un avertissement soulignant que les statistiques « pouvaient être affectées par une hausse d’ampleur inhabituelle des sorties enregistrées pour cessations d’inscription pour défaut d’actualisation » (1ère page de la publication et du communiqué de presse), et, sur la base des informations disponibles le 25 septembre, qu’« aucun incident d’enregistrement dans le système d’information de Pôle emploi ou changement dans les modalités ou règles de la procédure d’actualisation de la situation du demandeur d’emploi n’avait été identifié » (page 10 de la publication et 2nde page du communiqué de presse).

Dans le cadre des investigations menées par Pôle emploi et après l’avoir formellement interrogé, l’opérateur SFR a indiqué le 27 septembre après midi, avoir rencontré une grave défaillance dans l’acheminement d’une partie des messages de relance (SMS et messages vocaux) envoyés aux demandeurs d’emploi lors de la campagne d’actualisation du mois d’août. La Dares et Pôle emploi ont publié le 30 septembre 2013 un communiqué de presse qui, tout en rappelant que les chiffres publiés le 25 septembre traduisaient bien la réalité des inscriptions à Pôle emploi à la fin du mois d’août, informait de l’origine de l’incident et présentait une estimation de son impact sur le nombre de demandeurs d’emploi1 : selon cette estimation, le dysfonctionnement des relances a eu un impact, à la baisse, sur le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories ABC compris dans une fourchette de 32 000 à 41 000, dont 21 000 à 28 000 pour la seule catégorie A. Cette fiche présente la méthode retenue pour estimer cet impact.