Garantie jeunes, qui fait quoi ?

Le jeune

  • s’engage à s’investir pleinement, à suivre un accompagnement personnalisé, à rechercher des opportunités d’emploi et à accepter les mises en situation professionnelles, ainsi qu’à déclarer chaque mois ses ressources d’activité.

La Mission locale

  • s’engage à accompagner le jeune avec des ateliers collectifs et un conseiller référent ;
  • à l’aider à résoudre ses difficultés, notamment en matière de mobilité, de santé, de logement, avec les acteurs locaux ;
  • à appuyer le jeune dans sa recherche d’expériences d’emploi et de formation.

L’État

  • préside la commission de suivi de la Garantie jeunes. Cette commission rassemble le service public de l’emploi (missions locales, Pôle emploi…), des acteurs institutionnels (conseils départementaux, protection judiciaire de la jeunesse, services pénitentiaires d’insertion et de probation, Éducation nationale, acteurs de la politique de la ville…), des acteurs associatifs, notamment des associations de lutte contre l’exclusion, des acteurs de l’action sociale, de l’hébergement et du logement ;
  • est garant du versement de l’allocation et de la qualité de l’accompagnement ;
  • assure l’essentiel du financement de la Garantie jeunes, avec l’appui du Fonds social européen (FSE) dans le cadre de l’Initiative pour l’emploi des jeunes (IEJ).

Les entreprises

  • proposent aux jeunes des mises en situations professionnelles (stages, immersions, contrats de travail) pour leur permettre d’enrichir leurs expériences et de développer leurs compétences ;
  • bénéficient d’un service de la Mission locale pour faciliter leurs recrutements.

Les partenaires locaux

  • contribuent au repérage des jeunes en situation de précarité et à la réussite de leur parcours notamment en facilitant l’accès au logement, à la santé, à la mobilité, etc des jeunes ;
  • participent à la commission de suivi pour coordonner et articuler leurs interventions respectives.