Fonds pour l’insertion professionnelle des jeunes (FIPJ)

Répondre aux besoins des jeunes dans les territoires

Ce Fonds est activé au niveau territorial pour financer des actions favorisant l’accès à l’emploi des jeunes de 16 à 25 ans préalablement ciblées et complémentaires aux dispositifs existants, notamment ceux mis en œuvre par les collectivités territoriales, ou d’autres missions ministérielles. Il permet la prise en charge spécifique des publics en difficulté face au marché du travail.

A qui est destiné le Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Jeunes (FIPJ) ?

Le Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Jeunes (FIPJ) est destiné à financer des actions complémentaires à l’accompagnement personnalisé et renforcé pour les bénéficiaires de 16 à 25 ans, confrontés à l’addition d’obstacles multiples (sociaux, familiaux, culturels et relationnels…).

Le FIPJ, c’est quoi ?

Le FIPJ a été conçu dans le cadre de la mise en œuvre du droit à l’accompagnement vers l’emploi durable afin de lever les freins rencontrés par les jeunes durant leur parcours d’insertion.

Le champ d’intervention assez large du fonds permet des :

  • aides directes (jeunes mineurs et majeurs) : sécurisation des parcours des jeunes mineurs, financement d’actions en faveur du logement, de la santé ou de la mobilité…
  • aides indirectes : financement d’actions en faveur des jeunes en très grande difficulté, menées par des opérateurs intermédiaires, actions éducatives (prestations tournées vers l’entreprise, vers l’emploi, logement et droit citoyen, vers la santé, l’accompagnement de publics spécifiques, actions de formations non couvertes …)

Le FIPJ complète donc l’offre des missions locales pour les jeunes qu’elles accompagnent, notamment pour les jeunes en CIVIS.

Les besoins récurrents identifiés concernent la mobilité, le logement, la santé (notamment mentale), les formations spécifiques, un manque de connaissance des métiers, un manque de repères comportementaux pour pouvoir intégrer dans de bonnes conditions l’entreprise. Des actions répondant à ces problématiques se mettent en place à titre individuel ou collectif, la réactivité et l’ajustement au plus près des besoins des intéressés étant privilégiés.

Les actions FIPJ consolident le parcours du jeune vers l’emploi. Leur mobilisation permet de constater des avancées significatives en matière d’insertion, en rapprochant les jeunes les plus fragilisés de l’autonomie, sociale, financière et de l’emploi. On constate une progression des jeunes bénéficiaires dans les étapes vers l’emploi, des poursuites de parcours qualifiants, des reprises de scolarité et enfin une amélioration globale des sorties vers l’emploi.

La réactivité du FIPJ est un gain de temps dans l’accès à l’emploi du jeune et permet d’éviter des ruptures de parcours. Sa souplesse d’utilisation favorise l’innovation et l’expérimentation de nouvelles approches pédagogiques. Il permet de réaliser du « sur-mesure » au regard de certains parcours et des besoins des territoires.

Comment est mis en œuvre le FIPJ ?

Dans la plupart des régions, les crédits FIPJ sont gérés par les Unités Territoriales des DIRECCTE.

La formalisation de la stratégie territoriale d’utilisation du FIPJ fait en général l’objet d’une note de cadrage régionale et/ou départementale. Dans certains cas (Aquitaine), elle est inscrite dans les Contrats d’Objectifs et de Moyens Insertion Professionnelle des Jeunes (COM IPJ). Des partenaires comme les missions locales ou les représentants des collectivités territoriales peuvent être associés au suivi du FIPJ.

Les modalités de conventionnement retenues prennent majoritairement la forme d’appels à projet ou de financement de projets spontanés. La procédure d’appel d’offres est peu utilisée. Par ailleurs, les services déconcentrés peuvent également initier des actions.

L’info en +

Exemples d’actions financées ou co-financées par le FIPJ

  • Thématique accès à l’emploi des jeunes en entreprise : « action innovante de médiation dans le secteur de l’hôtellerie/restauration dans l’arrondissement de Beaune », Bourgogne
  • Thématique contrats en alternance : « développement de l’alternance sur les territoires : Pays de Caux Vallée de Seine, Pays des Hautes Falaises et Yvetot Barentin, Seine-Maritime », Haute-Normandie
  • Thématique accès à la mobilité : « l’auto-école sociale », Vendée centre, Pays-de-la-Loire
  • Thématique illettrisme : lutte contre l’illettrisme (PACA)