La réponse française à la garantie européenne pour la jeunesse

JPEG - 24.7 ko
garantie-jeunesse.JPG

L’éloignement du marché du travail des jeunes de moins de 25 ans, et plus spécifiquement des NEETs (ni en éducation, ni en formation, ni en emploi) est une préoccupation commune à tous les Etats membres de l’Union européenne.

Le Conseil de l’Union européenne (dans une recommandation du 22 avril 2013) a donc instauré l’établissement d’une garantie pour la jeunesse qui vise à ce que que tous les jeunes de moins de 25 ans se voient proposer une offre de qualité pour un emploi, une formation, un apprentissage ou un stage dans les quatre mois suivant leur sortie de l’enseignement ou la perte de leur emploi.

La réponse française à la garantie pour la jeunesse vise à développer l’efficacité des réponses d’ores et déjà apportées aux jeunes et à donner de nouvelles dynamiques aux partenariats engagés, initiatives publiques (nationales, régionales ou locales) et privées.

Un ensemble de mesures nouvelles a été mis en place au cours des derniers mois pour repérer, orienter et accompagner les jeunes les plus en difficultés dans une première expérience professionnelle (emplois d’avenir, garantie jeunes), et soutenir les embauches dans le secteur marchand (contrat de génération, loi sur la sécurisation de l’emploi favorisant les embauches de jeunes en CDI).

Consulter la réponse française au plan garantie européenne pour la jeunesse.