Du télétravail au travail mobile

Le télétravail et les téléactivités constituent un moyen, tant pour les entreprises que pour les administrations, de moderniser l’organisation de travail. Ils permettent aux salariés de concilier vie professionnelle et personnelle. Ils offrent, en outre, des perspectives en matière d’emploi et peuvent constituer des facteurs de développement économique ainsi qu’une opportunité en matière d’aménagement du territoire.

Le télétravail a fait l’objet d’un accord interprofessionnel signé par les partenaires sociaux le 19 juillet 2005.

Le télétravail est une forme d’organisation du travail qui a concrètement émergé dans le courant des années quatre vingt dix. Il en était déjà question dans les années quatre vingt.

Rendu possible par l’émergence et la généralisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) ainsi que la baisse continue des coûts, il répond désormais à une demande sociale de gestion du temps, et à une demande de mobilité d’une frange non négligeable de la population et des entreprises. Il s’agit aujourd’hui d’imaginer comment les pouvoirs publics peuvent accompagner ce mouvement inéluctable.

Sous le terme télétravail, il convient de distinguer quatre formes d’organisation qui chacune soulève des problèmes spécifiques :

  • Le télétravail à domicile ;
  • Le télétravail nomade ;
  • Les télécentres ;
  • Le travail en réseau.

La proportion de la population active concernée, en 2003, par le télétravail était de 7%, pour une moyenne européenne de 13%.

Le rapport présente les principaux obstacles au développement du télétravail en France.

Ces obstacles ne viennent pas d’un retard d’équipement ou d’infrastructures par rapport à ce qui se fait dans les grands pays comparables. Ils tiennent davantage à :

  • l’évolution jugée trop lente des mentalités d’une part,
  • et d’autre part à une organisation du travail qui tarde à capitaliser les avantages offerts par les TIC (technologies de l’information et de la communication).

Compte tenu de ces observations, l’auteur du rapport émet plusieurs recommandations pour développer le télétravail en France, autour de deux idées centrales : faire sortir le télétravail de la "clandestinité" au sein de laquelle il est cantonné, dans les entreprises comme dans les administrations ; mettre en œuvre tous les dispositifs permettant aux entreprises comme aux salariés ou fonctionnaires qui veulent en bénéficier d’y accéder