Remise du rapport « La reconnaissance et la valorisation des compétences des représentants du personnel et des mandataires syndicaux »

Jeudi 3 août 2017, Jean-Dominique Simonpoli, Directeur général de l’association DIALOGUES, a remis son rapport « La reconnaissance et la valorisation des compétences des représentants du personnel et des mandataires syndicaux » à Muriel Pénicaud, Ministre du Travail.

PNG - 436 ko

Un dialogue social de qualité est un facteur décisif de compétitivité et d’engagement des salariés pour l’entreprise. Pour Muriel Pénicaud, « Tout l’enjeu de la réforme que nous portons est de faciliter et de renforcer le dialogue social et économique comme levier de croissance économique et de progrès social. Ce dialogue passe par des règles simples et efficaces, mais aussi par la valorisation et la présence des représentants syndicaux légitimes, responsables et bien formés. S’engager dans un mandat d’élu du personnel ou de délégué syndical requiert sens de l’intérêt général, courage individuel et formation adaptée ». C’est pourquoi Muriel Pénicaud a demandé à Jean-Dominique Simonpoli de lui proposer des solutions innovantes et pragmatiques pour valoriser les compétences et les carrières des salariés qui font le choix de l’engagement syndical et des élus.

Le rapport avance des propositions concrètes et opérationnelles pour valoriser les compétences acquises au cours d’un mandat et permettre aux salariés concernés de poursuivre leur carrière au sein de l’entreprise ou ailleurs : généraliser les entretiens de fins de mandat, renforcer le rôle des branches pour valoriser les acquis professionnels, réfléchir plus largement aux modalités de reconnaissance des compétences acquises au cours du mandat, encourager les formations communes entre employeurs et représentants des salariés en sont quelques exemples.

Lors de la remise de rapport, Jean-Dominique Simonpoli a rappelé que « Le dialogue social est essentiel à la performance économique de l’entreprise. Il est néanmoins indispensable de le renforcer en créant de la confiance entre les acteurs, en modifiant les représentations que l’on se fait des représentants du personnel et des mandataires syndicaux ». Le directeur Général de DIALOGUES a également rappelé que cet engagement devait être porté « au plus haut niveau par les acteurs eux-mêmes ».
Muriel Pénicaud a déclaré « Il est de notre responsabilité collective de valoriser et de reconnaître cet engagement ».