Aux Olympiades, transmettre davantage qu’un métier : un savoir-faire

Les meilleurs partiront à Abu-Dhabi représenter la France aux Worldskills, une compétition rassemblant des jeunes du monde entier. A Bordeaux, ils ont tout donné. A l’avenir, ils auront à cœur de transmettre davantage qu’un métier : un savoir-faire. Aperçu de la diversité des cinquante métiers représentés en images et en témoignages.

Plâtrier, Anthony a été médaillé d’or des Olympiades voici 4 ans. Cette année, il est venu avec sa compagne, en voisin, encourager les plus jeunes. « Ça n’est pas la même chose d’être de l’autre côté. »
Manon, Dimitri et Adrien, mécaniciens dans l’aéronautique et technicien-usineur, sont venus pour encourager leur pote, en compétition sur la soudure.

JPEG - 119 ko

De l’autre côté de la barrière qui sépare le public des épreuves, la demi-douzaine de jurés vérifie que les pièces à réaliser sont étanches. La pression monte. Au propre comme au figuré pour contrôler la qualité de l’assemblage.

JPEG - 163.3 ko

Admiration devant la passion

Ailleurs, les jurys se sont réunis en huis-clos, par métier, et débriefent sur les travaux des plus jeunes. Dans l’assistance, Sandrine, venue en balade avec son mari et leur fille, simplement pour découvrir, confie son admiration devant la passion qui anime ses jeunes.

JPEG - 230.3 ko

De l’admiration mais aussi de l’émotion, avec ces parents venus avec leurs trois filles et la petite amie du fils, candidat du Centre Val-de-Loire pour le Dessin Assisté par Ordinateur. Un coup de sifflet marque la fin de l’épreuve. Les quatre jeunes filles qui n’ont pas quitté des yeux le grand-frère peuvent enfin souffler.

JPEG - 118.8 ko

Garder le sourire

Plus loin, les jeunes de la Région Bourgogne-Franche Comté décompressent à leur tour. Julien est mécanicien véhicule industriel, Bruno carreleur, Arnaud carrossier et Josselin fraiseur. Julien, à sa deuxième participation, est le plus sûr de lui. Il a l’expérience de la compétition.

JPEG - 144.7 ko

A ses côtés, Bruno montre sa paume entourée d’un pansement. Les Olympiades se sont arrêtées dès le premier jour. Resté sur le carreau, il garde le sourire, philosophe. Avant les Olympiades, sa Région comme d’autres, a organisé des journées de préparation.

JPEG - 130.8 ko

Apprendre à se connaître

Ces journées ont été l’occasion pour les jeunes d’apprendre à se connaître, à gérer leur stress et se préparer physiquement et mentalement. Arnaud, le carrossier, est déjà un compétiteur dans l’âme. Trial vélo et boxe, il a manié le marteau, donné des coups, pour redresser la tôle froissée.

JPEG - 187.9 ko

Mais comme Josselin, il ne sait pas trop s’il a bien réussi ses épreuves. Ce dernier, au fraisage, confie « il y avait tellement de choses à faire en si peu de temps.  » Jacques Verne, un des chefs d’atelier qui les accompagne sourit à leur modestie. Ils ont fait du bon travail. Peu importe le résultat.

JPEG - 157.2 ko

Fatigués mais heureux d’avoir participé

Pareil pour ces jeunes franciliens qui partent se reposer en attendant les résultats. Il y a Joana l’esthéticienne, Nolwenn la fleuriste, Alexandre le tailleur de pierre et Jean-Baptiste, le barman. Tous ont le sourire. Fatigués mais heureux d’avoir participé à cette compétition.

JPEG - 143 ko

Les médaillés partiront pour Abu Dhabi en octobre. Aucun n’aura démérité. La qualité première de cette compétition est de partager leur passion. Les anciens médaillés, comme les enseignants, sont là pour en témoigner. A l’avenir, tous auront à cœur de transmettre davantage qu’un métier : un savoir-faire.