24 octobre 2013
agrandir la taille du texte diminuer la taille du texte envoyer cette page imprimer cette page
  • twitter
  • Facebook
  • Google
  • Googlebuzz
  • Live
  • Del.icio.us
  • technorati
  • viadeo
  • Yahoo! Bookmarks
  • Myspace

Michel SAPIN et Sylvia PINEL signent une convention-cadre emplois d’avenir avec les entreprises de services à la personne

Michel SAPIN, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, et Sylvia PINEL, ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme, ont signé le jeudi 24 octobre une convention-cadre sur la mise en œuvre des emplois d’avenir entre l’Etat et les fédérations professionnelles des entreprises de services à la personne, dans le cadre de l’extension des emplois d’avenir au secteur marchand.

Le secteur des services à la personne, qui emploie près de 2 millions de salariés sur l’ensemble du territoire national, est un secteur créateur d’emplois et au rôle social important. Avec un potentiel de 650 000 recrutements par an d’ici 2020, le secteur bénéficie d’une dynamique démographique favorable (vieillissement de la population, maintien d’un haut niveau de natalité) et contribue fortement à l’accompagnement des transformations sociales (notamment hausse du taux d’activité des femmes).

Cette convention vise le recrutement de 1 000 jeunes en emplois d’avenir d’ici la fin de l’année 2014. Elle s’inscrit dans la bataille pour l’emploi menée par le gouvernement, et plus particulièrement dans les objectifs de développement du secteur des services à la personne, dont les trois chantiers ont été présentés le 11 septembre dernier en Conseil des ministres.

Michel SAPIN et Sylvia PINEL saluent la mobilisation des entreprises de services à la personne aux côtés des deux Ministères pour développer l’emploi des jeunes. Lors de cette signature, les ministres ont parrainé le recrutement de deux jeunes en emplois d’avenir, qui leur permettra d’entrer dans un parcours qualifiant avec un tuteur et de suivre une formation diplômante, pour l’un comme auxiliaire de vie aux familles auprès de publics dépendants, et pour l’autre, comme auxiliaire de puériculture.