28 décembre 2012
agrandir la taille du texte diminuer la taille du texte envoyer cette page imprimer cette page
  • twitter
  • Facebook
  • Google
  • Googlebuzz
  • Live
  • Del.icio.us
  • technorati
  • viadeo
  • Yahoo! Bookmarks
  • Myspace

Les chiffres des demandeurs d’emploi pour le mois de novembre 2012

Les chiffres des demandeurs d’emploi pour le mois de novembre restent, comme cela était prévisible, orientés à la hausse : +29 300 demandeurs d’emploi en catégorie A (+0,9%), et + 30 400 pour les catégories A+B+C (+0,7%). Sur un an, la progression est respectivement de +10,8% et +9,2%. Les jeunes et les seniors sont plus particulièrement touchés (+ 1,2% sur le mois pour la catégorie A).

La hausse du nombre de chômeurs en France est continue depuis 2008 et particulièrement marquée depuis un an et demi. L’objectif d’inverser la courbe du chômage d’ici la fin 2013 sera la priorité de l’année, pour le ministre de l’emploi Michel Sapin comme pour l’ensemble du Gouvernement qui est pleinement mobilisé dans ce but.

Même si le nombre de demandeurs d’emploi supplémentaires est globalement moins important que lors des mois précédents, la hausse reste forte pour les jeunes et pour les seniors, ce qui légitime une fois encore l’action résolue du Gouvernement en faveur de ces publics :

  • les emplois d’avenir ont commencé leur déploiement (déjà 2000 conclus d’ici la fin2012) et monteront en charge début 2013 pour atteindre les 100 000 en fin d’année ;
  • le contrat de génération sera un levier nouveau en faveur de l’emploi des jeunes et des seniors, avec l’objectif de 500 000 embauches de jeunes en CDI au cours des prochaines années et le maintien dans l’emploi de 500 000 salariés seniors. Le projet de loi sera examiné dès le 15 janvier à l’Assemblée nationale et les députés ont déjà voté en commission le principe de son application aux nouvelles embauches dès le 1er janvier 2013.

Enfin, ce contexte difficile rappelle également la responsabilité des partenaires sociaux, qui sont appelés à conclure la négociation pour une meilleure « sécurisation de l’emploi » les 10 et 11 janvier prochain, afin de concilier la nécessaire adaptation des entreprises aux évolutions de l’activité et la légitime aspiration des salariés à plus de protection.