24 octobre 2012
agrandir la taille du texte diminuer la taille du texte envoyer cette page imprimer cette page
  • twitter
  • Facebook
  • Google
  • Googlebuzz
  • Live
  • Del.icio.us
  • technorati
  • viadeo
  • Yahoo! Bookmarks
  • Myspace

Les chiffres des demandeurs d’emploi pour le mois de septembre 2012

Les chiffres des demandeurs d’emploi pour le mois de septembre publiés aujourd’hui par Pôle emploi et la DARES font état, comme il était prévisible, d’une forte hausse des demandeurs d’emploi en catégorie A (+1,6%, soit 46 900 demandeurs d’emploi sans activité supplémentaire). Celle-ci est de +0,5% pour ceux des catégories A, B et C. Sur un an, la progression est respectivement de +10,1% et +8,3%. Les jeunes sont plus particulièrement touchés (+2,2% sur le mois).

La hausse du nombre de chômeurs en France est continue depuis 2008 et particulièrement marquée depuis un an et demi. L’objectif d’enrayer d’ici fin 2013 cette hausse, et d’inverser ainsi la courbe du chômage sera atteint par la mise en oeuvre concrète des réformes prévues dans la feuille de route sociale, mais également par les décisions du Gouvernement pour stimuler la croissance, restaurer la confiance, favoriser l’investissement et stabiliser la zone euro.

Dès le début novembre, les premiers emplois d’avenir seront signés pour répondre à la situation des jeunes sans emploi et sans formation. L’objectif ambitieux de 100 000 emplois pour 2013 sera atteint et mobilisera l’ensemble des acteurs concernés afin d’offrir à ces jeunes une première expérience professionnelle et une qualification, gages d’une insertion professionnelle durable.

De leur côté, les partenaires sociaux viennent de démontrer leur pleine implication dans cette bataille pour l’emploi en parvenant très rapidement à un accord sur le contrat de génération. Un projet de loi, donnant corps à cet engagement présidentiel, sera présenté dès le 12 décembre au conseil des ministres pour permettre son déploiement début 2013, avec l’objectif de 500 000 embauches de jeunes en CDI au cours des prochaines années et le maintien dans l’emploi de 500 000 salariés plus âgés.

Enfin, la négociation pour une meilleure « sécurisation de l’emploi » a débuté avec la volonté d’aboutir à un accord d’ici la fin de l’année pour offrir une plus grande sécurité aux parcours professionnels, en conciliant la nécessaire adaptation des entreprises aux évolutions de l’activité et la légitime aspiration des salariés à plus de protection.