17 septembre 2013
agrandir la taille du texte diminuer la taille du texte envoyer cette page imprimer cette page
  • twitter
  • Facebook
  • Google
  • Googlebuzz
  • Live
  • Del.icio.us
  • technorati
  • viadeo
  • Yahoo! Bookmarks
  • Myspace

Le ministre, les régions et les partenaires sociaux se mobilisent...

Conformément à la feuille de route issue de la grande conférence sociale des 20 et 21 juin derniers, le ministre du Travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, Michel Sapin, a présidé ce jour une nouvelle réunion de mobilisation pour l’emploi avec les partenaires sociaux et des représentants des Conseils régionaux.

Elle a permis de partager un bilan d’étape du plan de 30 000 « formations prioritaires pour l’emploi ».

Ces « formations prioritaires pour l’emploi » vont permettre à des demandeurs d’emploi de suivre une formation d’ici la fin de l’année, dans des métiers qui recrutent à court ou moyen terme mais ne trouvent pas aujourd’hui assez de candidats formés.

Ce plan est financé par l’Etat, les partenaires sociaux, les conseils régionaux et l’Agefiph, pour un total de près de 200 millions d’euros.

Tous les partenaires ont marqué leur satisfaction de voir que le plan se déploie de façon dynamique et que la mobilisation sur le terrain est d’ores et déjà une réalité. Au sein de chaque territoire régional, l’Etat, Pôle Emploi, le Conseil régional et les partenaires sociaux ont déterminé de manière coordonnée un diagnostic partagé des besoins en formations prioritaires pour l’emploi ; ils ont commencé à fixer des objectifs prévisionnels de places en formation qui laissent penser que l’objectif de 30 000 sera atteint d’ici la fin de l’année, voire dépassé.

Dans plusieurs territoires, des formations ont déjà démarré.

Les secteurs et métiers les plus représentés dans la plupart des régions sont le BTP (maçons, plâtriers, menuiserie…), l’industrie (chaudronniers, soudeurs…), le transport et la logistique (conducteurs…), les services aux entreprises, services aux personnes / social (aide à domicile, assistantes maternelles…), le commerce (vendeurs…), l’hôtellerie et métiers de bouche (cuisiniers, employés d’hôtellerie…).

Comme l’a résumé Michel Sapin, « dans le combat pour l’emploi, aucun moyen ne doit être négligé, aucune offre d’emploi ne doit rester sans candidat faute de formation. Ces formations prioritaires, en dotant les demandeurs d’emploi de compétences recherchées sur le marché du travail, contribueront à l’inversion durable de la courbe du chômage ».